25/03/2019 11:17 EDT | Actualisé 26/03/2019 09:21 EDT

Surdose d’opioïdes : savoir la reconnaître et intervenir

Aleksandr_Gromov via Getty Images

Prescrits par un médecin pour leurs propriétés analgésiques, les opioïdes médicamenteux possèdent des effets bénéfiques tels le soulagement de certaines douleurs reliées à des problèmes de santé chroniques ou temporaires. Consommés par voie orale, par inhalation (nez ou bouche), par injection, par la peau à l'aide d'un timbre ou par voie rectale, l'oxycodone, la morphine, le fentanyl, la codéine et la méthadone sont des exemples d'opioïdes médicamenteux.

Outre leur effet analgésique et psychoactif (agissant dans des zones du cerveau responsables du contrôle de la douleur), c'est souvent pour leurs propriétés euphorisantes que des opioïdes non prescrits par le médecin peuvent être consommés. Ainsi, lorsque ces substances sont utilisées de façon inadéquate, elles comportent des risques pour la santé, allant de la dépendance à la surdose.

Les drogues, dont les opioïdes, acquises sur le marché noir présentent un danger accru. Leur composition exacte et leur concentration étant inconnues, leurs risques pour la santé sont encore plus importants. Le fentanyl et le carfentanyl, deux opioïdes extrêmement puissants, se retrouvent maintenant dans plusieurs drogues de rue, et ce, à l'insu des consommateurs. Même présents en infimes particules, ils peuvent causer une surdose potentiellement fatale.

Savoir reconnaître les signes de surdose devient alors primordial pour celui ou celle étant susceptible de se retrouver face à une personne qui consomme des opioïdes ou des drogues.

Darwin Brandis via Getty Images

Signes et symptômes

En étant attentif aux signes et symptômes, on peut aider une personne faisant une surdose d'opioïdes. Une personne dont l'état général change, devenant insensible à son environnement, ne réagissant pas au bruit ni à la douleur (lorsqu'on la pince, par exemple, ou lorsqu'on frotte la peau recouvrant son sternum), ayant une respiration difficile (ou ronflante) ou ne respirant pas du tout risque fortement de se trouver en situation de surdose. Il faut alors intervenir rapidement.

Certains sont d'ailleurs plus à risque de vivre une surdose d'opioïdes : les personnes ayant récemment reçu des soins médicaux pour intoxication ou surdose d'opioïdes, consommant de l'héroïne ou des opioïdes non médicaux, recevant de fortes doses d'opiacés sur ordonnance, se trouvant sous traitement de méthadone, ayant déjà souffert de dépendance aux opioïdes, sortant d'une période d'abstinence obligatoire ou d'un programme de désintoxication, consommant des opioïdes et vivant avec une autre condition médicale sérieuse, et enfin, celles consommant simultanément des opioïdes ainsi que d'autres drogues, de l'alcool ou des benzodiazépines.

tommaso79 via Getty Images

Intervenir, mais comment?

Comme l'intervention rapide auprès d'une personne en situation de surdose d'opioïdes peut faire toute la différence, il faut être au fait des étapes à suivre pour pouvoir faire face efficacement à cette urgence médicale.

D'abord, vérifiez si la personne se trouve en situation de surdose d'opioïdes et, si elle a l'air intoxiquée ou si elle est inconsciente, il faut tenter de la faire réagir en criant son nom et en lui parlant fort, puis en frottant avec force le centre de sa poitrine (son sternum). Appelez alors le 9-1-1, ou demandez à quelqu'un de le faire pour vous (tout en sachant que la Loi sur les bons samaritains protège de poursuites les personnes victimes d'une surdose et celles qui en sont témoins).

Vous êtes seul et sans téléphone? C'est ici que la naloxone, un antidote efficace aux surdoses d'opioïdes administré sous forme d'injection ou par voie nasale, peut s'avérer très utile. D'ailleurs, les personnes qui consomment des opioïdes et leur entourage devraient, en prévention, se procurer de la naloxone, maintenant offerte gratuitement en pharmacie et auprès de certains organismes communautaires. Administrez alors si possible une dose de naloxone en suivant les instructions, procédez à des compressions thoraciques pendant deux minutes, placez la personne sur le côté, puis cherchez de l'aide pour joindre le 9-1-1, qui fournira des instructions supplémentaires.

Une fois la naloxone administrée, la personne ne réagit pas? Optez pour une manœuvre de réanimation cardiorespiratoire (RCR) si vous connaissez cette technique ou de compressions thoraciques (deux compressions de 5 cm de profondeur à la seconde). Toujours aucune réaction après trois minutes? Donnez une deuxième dose de naloxone à l'aide d'un nouveau contenant, en prenant les précautions nécessaires, et répétez les manœuvres de réanimation.

La personne se réveille? Tournez-la sur le côté, prenez le temps de lui expliquer ce qui vient de se produire, parlez-lui de l'importance d'être vue par un professionnel de la santé, prévenez-la de ne pas consommer d'opioïdes dans les heures à venir afin d'éviter une autre surdose et restez à ses côtés jusqu'à l'arrivée des ambulanciers. Gardez en tête qu'une personne intoxiquée devrait être immédiatement transportée à l'hôpital pour être observée et traitée.

Il est aussi essentiel de savoir que les actions suivantes sont à éviter lorsqu'on tente d'intervenir auprès d'une personne en situation de surdose :

  • Attendre avant de donner la naloxone.

  • Laisser la personne seule.

  • Faire des manœuvres de réanimation cardiorespiratoire si la personne est consciente.

  • Lui donner d'autres drogues.

  • Faire prendre une douche ou un bain froid à la personne.

  • La frapper dans le but de lui faire reprendre connaissance.

  • Lui injecter de l'eau saline dans les veines.

Pour plus d'information sur les opioïdes, sur la façon d'intervenir en cas de surdose ou sur les ressources donnant accès au traitement de la dépendance, consultez :

- Québec.ca/opioides
- Info-Santé 811
- Drogue : aide et référence
- Trouver de la naloxone
- Répertoire des ressources en dépendances