NOUVELLES
20/03/2019 16:21 EDT | Actualisé 20/03/2019 16:21 EDT

Arrêté en pleine entrevue, le chanteur Keven Chouinard songe à poursuivre la police

Il a été arrêté pour voies de fait et voies de fait armées.

Courtoisie
Keven Chouinard

L'arrestation de Keven Chouinard, un chanteur qui a été arrêté par le Service de police de Saguenay durant une entrevue télévisée vendredi dernier, n'est pas passée inaperçue dans certains médias et dans les réseaux sociaux. Son arrestation pour voies de fait et voies de fait armées a fait l'objet de reportages, la scène ayant été captée par une caméra de télévision.

Au Service de police de Saguenay, on mentionne avoir suivi les règles de l'art. «C'est monsieur Chouinard qui nous demande si nous sommes là pour lui. Le policer lui répond alors qu'il veut lui parler et de bien vouloir le suivre. Nous avons attendu la fin de l'entrevue», commente le responsable des relations avec les médias au Service de police de Saguenay, Bruno Cormier.

Keven Chouinard n'est pas du même avis. «J'ai un avocat qui m'a contacté pour me dire qu'il ne me chargeait rien, juste un pourcentage, mais qu'il fallait poursuivre la police», a-t-il indiqué en entrevue au HuffPost Québec.

Il ne nie pas avoir «pété les plombs» à l'endroit de sa copine. «J'ai dit des choses méchantes qui ont dépassé mes pensées. On parle de violence verbale et non physique.»

L'homme était en entrevue avec une équipe de TVA Saguenay afin de mousser un spectacle et également pour raconter sa difficile adolescence marquée par une grande consommation de drogues et le calvaire de la prostitution.

La présumée victime se confie

En entrevue avec le HuffPost Québec, la présumée victime dit avoir supplié les policiers de ne pas procéder à l'arrestation de son conjoint durant l'entrevue télévisée.

«Un policier m'a dit ''nous l'avons localisé et nous l'avons à vue. Pas de problème madame, on va attendre que l'entrevue soit terminée avant d'intervenir'', mais ce n'est pas ce qu'ils ont fait», a raconté Karoline Lacombe, 26 ans.

La mère de famille confie que ce n'est pas elle qui a porté plainte contre celui avec qui elle partage sa vie depuis cinq ans. Elle croit que c'est une amie qui a entendu la chicane qui a contacté la police.

«Même si j'ai dit à la police que je ne voulais pas que mon copain soit accusé et même si j'ai dit à la police que je n'avais pas peur de mon copain, la police garde le dossier ouvert pour voies de fait et menaces.»

Ce n'est pas la première fois que «les fils se touchent» pour l'homme de 39 ans.

«Je sais que j'ai un problème entre les deux oreilles. Je suis bipolaire et je dois prendre ma médication, sauf que je dois aussi prendre des médicaments pour le sida. Et les médicaments de l'un ne font pas un bon ménage avec les médicaments de l'autre, je dois donc choisir et parfois ça donne "du pétache de coche". J'ai besoin de rencontrer des spécialistes, je veux m'en sortir et je ne veux pas rester fou surtout que c'est encore plus difficile lorsque l'hiver arrive et lorsque l'hiver se termine. Je ne sais pas pourquoi», s'interroge ce père de famille de quatre enfants.

Dès l'âge de 13 ans, Keven Chouinard a fugué de son centre jeunesse du Saguenay. Il a fait du pouce jusqu'à Montréal où il a sombré dans l'enfer de la drogue et de la prostitution pour acheter son crack, son héroïne, son crystal meth sans énumérer toutes les autres drogues dites moins dures.

Après avoir dormi dehors et passé des journées sans manger dans plusieurs villes canadiennes et américaines, il est revenu au Québec pour suivre une thérapie et retourner sur les bancs d'école.

À la suite de l'arrestation, l'homme a été relâché après avoir passé deux nuits derrière les barreaux. Il doit revenir devant la justice sous peu.