NOUVELLES
20/03/2019 08:52 EDT | Actualisé 20/03/2019 08:55 EDT

Monsanto subit un second revers en cour

Un jury aux États-Unis a reconnu que le Roundup a contribué au cancer d'un homme de 70 ans.

Photo d'archives.
Yves Herman / Reuters
Photo d'archives.

SAN FRANCISCO — Un jury d'une cour fédérale américaine a statué mardi que l'herbicide Roundup avait largement contribué au cancer dont a été atteint Edwin Hardeman, un homme de 70 ans qui en a fait usage pendant 25 ans autour de sa propriété.

Cette décision unanime du jury de six personnes constitue un second revers pour le géant agrochimique Monsanto, qui fabrique le Roundup depuis les années 1970 et qui le vend dans quelque 160 pays.

En août dernier, un jury de San Francisco avait ordonné le versement de 289 millions $ US à un autre homme après avoir déterminé que le Roundup avait été à l'origine du développement de son lymphome non hodgkinien, un cancer des cellules du système lymphatique. Cette somme a ensuite été réduite à 78 millions $ US alors que Bayer a porté le verdict en appel.

La cause de M. Hardeman a été entendue en deux phases. La première a servi à établir la responsabilité du Roundup dans la maladie; la deuxième, qui devrait débuter ce mercredi, s'attardera à la responsabilité du groupe; Monsanto a été achetée par le géant allemand Bayer.

Aux États-Unis, Bayer fait l'objet d'une multitude de poursuites du genre à propos du Roundup, mais la compagnie continue d'affirmer que les herbicides au glyphosate, comme le Roundup, ne causent pas le cancer.

Pour leur part, les avocats d'Edwin Hardeman reprochent à Monsanto de ne pas reconnaître les dangers de son produit, de manipuler l'opinion publique et de s'attaquer à ceux qui évoquent des inquiétudes à propos de l'herbicide au glyphosate.

À voir également: