POLITIQUE
19/03/2019 16:32 EDT | Actualisé 19/03/2019 18:27 EDT

Libre-échange: Ottawa promet des milliards de dollars aux agriculteurs

Mais on ne sait pas quand l'aide commencera à être distribuée.

OTTAWA — Alors que la campagne électorale approche à grands pas, le gouvernement Trudeau promet des milliards de dollars aux producteurs de lait, d'oeufs et de volaille, qui ont fait les frais de la conclusion des derniers accords de libre-échange.

Le hic, c'est que le budget déposé mardi par le ministre des Finances, Bill Morneau, ne précise pas à quel moment l'enveloppe de 3,65 milliards $ promise aux producteurs assujettis au système de la gestion de l'offre — dont plusieurs se trouvent au Québec — commencera à être distribuée.

Cette somme vise à atténuer certaines répercussions négatives découlant de l'Accord économique et commercial global (AECG), soit l'entente de libre-échange conclue entre le Canada et l'Union européenne (UE), ainsi que le Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP). Ces deux traités ont permis aux producteurs étrangers de lait, d'oeufs et de volaille d'avoir un meilleur accès au marché canadien.

«Nous allons poursuivre nos discussions (avec l'industrie) afin d'avoir les détails exacts, s'est limité à dire M. Morneau en point de presse, à Ottawa, lorsqu'interrogé à propos d'un échéancier. C'est quelque chose que nous allons faire dans les prochains mois. Mais l'argent promis est là.»

Ottawa prévoit des mesures de soutien, qui n'ont pas été détaillées, de 2,15 milliards $ aux fermiers qui devront composer avec des pertes de revenus provoquées par l'AECG et le PTPGP.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Cela s'ajoute à un programme d'investissement dans l'innovation de 250 millions $ sur cinq ans qui avait déjà été annoncé dans la foulée de l'accord conclu avec l'UE — une mesure qui avait été jugée insuffisante par l'Union des producteurs agricoles et les producteurs laitiers.

Le budget Morneau met également de côté 1,5 milliard $ afin de protéger la valeur des quotas des fermiers assujettis à la gestion de l'offre.

Il s'agira «d'un programme de garantie de la valeur des quotas qui offrira une protection contre la diminution de la valeur des quotas à la vente (lorsqu'un producteur quitte l'industrie)», peut-on lire dans le budget.

Aide attendue

Ces mesures pourraient aider le gouvernement Trudeau, qui perd des plumes dans les sondages, à rallier de nombreux agriculteurs québécois qui sont montés au front à plusieurs reprises pour critiquer Ottawa en raison de sa lenteur à annoncer des mesures visant à les dédommager pleinement.

Le budget fait également miroiter de nouvelles sommes alors que le gouvernement Trudeau dit s'affairer à «répondre aux répercussions des accords sur les entreprises de transformation, de même que les effets possibles de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique (ACEUM)».

Cet accord, qui doit remplacer l'Accord de libre-échange nord-américain, n'a pas encore été ratifié. La négociation avait été tumultueuse, alors que le président américain Donald Trump avait critiqué à plusieurs reprises le système canadien de la gestion de l'offre.

L'ACEUM prévoit toutefois une nouvelle brèche de près de quatre pour cent dans le marché laitier canadien pour les produits américains en plus de l'élimination de la classe 7 sur le lait diafiltré — une matière première moins coûteuse.

Le budget fédéral en chiffres

  • 19,8 milliards $: déficit prévu pour l'année financière 2019-2020, en hausse de 200 millions $ par rapport à l'énoncé économique de l'automne dernier. Le gouvernement prévoit réduire le déficit à 9,8 milliards $ en 2023-2024.
  • 2,2 milliards $: somme supplémentaire que le gouvernement compte investir pour les projets d'infrastructures les plus pressants des municipalités et des communautés des Premières Nations.
  • 2,15 milliards $: somme qui sera disponible au cours des prochaines années pour compenser les pertes des producteurs laitiers, de volaille et d'oeufs, en raison des brèches dans le système de gestion de l'offre résultant des accords de libre-échange avec l'Europe et les pays de la zone Pacifique ainsi que le nouvel ALÉNA.
  • 1,7 milliard $: montant qui sera consacré sur cinq ans à la nouvelle Allocation canadienne pour la formation, qui doit permettre aux travailleurs d'accumuler des crédits en vue d'une nouvelle formation ou de l'acquisition de compétences. Les travailleurs admissibles âgés de 25 à 64 ans pourraient accumuler jusqu'à 5000 $, au rythme de 250 $ par année.
  • 1,18 milliard $: somme sur cinq ans que le gouvernement compte consacrer à l'enjeu de la migration irrégulière.
  • 500 millions $: somme annuelle que le gouvernement compte consacrer à compter de 2022-2023 pour réduire les coûts des médicaments pour le traitement des maladies rares.
  • 35 millions $: somme sur quatre ans que le gouvernement consacrera à un bureau de transition en vue de la mise sur pied d'une Agence canadienne des médicaments. Ottawa entend discuter au cours des prochains mois avec les provinces et territoires à propos de la création d'une telle agence qui offrirait une couverture des médicaments sur ordonnance au pays.
  • 35 000 $: montant maximal qui pourra être retiré d'un REER pour l'achat d'une première propriété, en hausse par rapport au plafond précédent de 25 000 $.
  • 5000 $: montant maximal d'un nouvel incitatif fédéral pour l'achat d'un véhicule électrique ou à piles à hydrogène dont le prix de détail est de moins de 45 000 $. Cette mesure doit coûter 300 millions $ sur trois ans.
  • 95 pour cent: cible nationale que se fixe le gouvernement pour les foyers et entreprises qui auront accès à l'internet haute vitesse d'ici à 2026, avec l'espoir d'atteindre 100 pour cent d'ici à 2030.

Selon les producteurs laitiers, l'accord commercial avec l'Europe, le nouvel accord avec les États-Unis et le Mexique ainsi que le PTPGP pourraient entraîner des pertes de revenus annuelles de 450 millions $.

Les défenseurs de la gestion de l'offre affirment que ce système permet d'équilibrer le marché et maintenir une stabilité des prix, ce qui permet notamment aux agriculteurs de compter sur des revenus stables, d'assurer une meilleure qualité des produits et d'éviter le recours aux subventions.

À l'inverse, les critiques estiment entre autres que les prix du lait, des oeufs et de la volaille sont gonflés artificiellement et que la gestion de l'offre constitue un frein lors des négociations de traités de libre-échange.