NOUVELLES
26/03/2019 10:26 EDT | Actualisé 26/03/2019 10:27 EDT

Montréal est le dernier marché immobilier majeur au Canada à voir une croissance des prix

La métropole québécoise a dépassé Vancouver en tant que deuxième marché immobilier du pays.

Linda Raymond via Getty Images

Les marchés immobiliers urbains du Canada se dégonflent sous le poids de taux d'intérêt plus élevés et d'un test de stress hypothécaire, avec seulement deux régions métropolitaines - Montréal et Halifax - qui ont montré une hausse de prix en février.

Et une seule d'entre elles - Montréal - a vu une croissance de prix positive si l'on regarde la période des derniers six mois, selon les données de l'indice de prix de maison de la collaboration entre la Banque nationale et Teranet.

HuffPost Canada

«Mais faiblesse des prix ne veux pas dire effondrement des prix», a écrit l'économiste de la Banque nationale Marc Pinsonneault dans une note aux clients diffusée le 13 mars dernier.

«À Toronto, le plus important marché immobilier du Canada, les prix des appartements ont monté pendant 16 mois de suite, alors que les prix des autres types de logements n'ont reculé que de 1,2% au cours des six derniers mois.»

À Vancouver, «les ventes de maisons corrigées des effets saisonniers se sont stabilisées au début de l'année, limitant l'ampleur de nouvelles baisses des prix», a ajouté M. Pinsonneault.

Néanmoins, la faiblesse historique en ventes de maisons à Vancouver, couplée avec les ventes en hausse rapide à Montréal depuis quelques années, signifie que Montréal a surpassé Vancouver en tant que deuxième plus gros marché immobilier du pays.

HuffPost Canada
(HuffPost Canada)

En février, la valeur des ventes de maisons à Montréal était de 1,606 milliard $, en hausse de 10% en un an, selon le comité immobilier de la Ville. Pendant ce temps, le marché de Vancouver s'est rétréci de 40% en un an, à 1,423 milliard $ en février, selon des données publiées mercredi par l'Association immobilière de la Colombie-Britannique (BCREA).

La région de Toronto demeure le plus grand marché du pays et de loin, avec un volume de ventes de 3,921 milliards $ en février, en incluant le grand Toronto et le grand Hamilton.

Si les prix des maisons étaient plus égaux à travers les villes canadiennes, Montréal - avec sa population métropolitaine oscillant autour de 4 millions - aurait toujours eu un plus grand marché immobilier que le grand Vancouver et sa population de 2,5 millions.

Mais étant donné les prix bien plus élevés à Vancouver, c'est vraisemblablement la première fois en au moins une décennie que le marché de Montréal dépasse celui de Vancouver.

Le prix moyen d'une maison à Vancouver chute de 122 000 $

Toutefois, les prix élevés de Vancouver sont en train de retomber. Les données de la BCREA montrent que le prix moyen d'une maison vendue à Vancouver est de retour sous la barre du million $.

Le prix de vente moyen dans le grand Vancouver était de 945 521 $ en février, en baisse de 11,5%, ou près de 122 000 $ en un an.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:


«Les acheteurs potentiels continuent d'être mis à l'écart par le test de résistance des hypothèques», a déclaré l'économiste en chef adjoint de la BCREA, Brendon Ogmundson.

«Par conséquence, et malgré un fort marché de l'emploi britanno-colombien, les ventes sont demeurées faibles en février.»

Avec des preuves d'un ralentissement de l'économie canadienne, les attentes pour d'autres hausses du taux directeur de la Banque du Canada ont disparu, et les marchés indiquent que les taux hypothécaires pourraient diminuer dans les prochains mois.

«La baisse des taux hypothécaires devrait procurer un certain soulagement aux acheteurs de maison, tout en donnant un léger coup de pouce à l'abordabilité à l'approche du printemps», avance Ogmundson.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.