NOUVELLES
15/03/2019 13:51 EDT | Actualisé 15/03/2019 13:53 EDT

Alexandre Bissonnette se dit «très affecté» par l'attentat en Nouvelle-Zélande

Il a indiqué qu'il ne cherche en aucun temps à servir de modèle à quiconque souhaitant perpétrer un acte de violence.

Photo d'archives.
Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Photo d'archives.

Alexandre Bissonnette, condamné pour la tuerie de la mosquée de Québec, se dit "très affecté" par le carnage venant de se produire en Nouvelle-Zélande.

Dans un communiqué transmis par ses avocats vendredi, il se dit particulièrement troublé du fait que son nom soit associé à cette attaque.

Des médias néo-zélandais ont rapporté qu'une personne impliquée dans la tuerie perpétrée dans deux mosquées de ChristChurch, en Nouvelle-Zélande, aurait écrit le nom d'Alexandre Bissonnette sur l'un des chargeurs d'une arme à feu.

Il est précisé dans le communiqué que M. Bissonnette ne cherche en aucun temps à être imité ni à servir de modèle à quiconque souhaitant perpétrer un acte de violence.

Ses avocats, Me Charles-Olivier Gosselin et Me Jean-Claude Gingras, ont écrit dans le communiqué transmis aux médias qu'il regrette profondément les actes qu'il a commis et souhaite que toute personne vivant des problèmes ou des difficultés en parle et aille chercher de l'aide, ce qu'il n'a pas réussi à faire adéquatement.

SUR LE MÊME SUJET:


Rien ne justifie de commettre de tels actes de violence envers autrui, est-il ajouté.

Bissonnette a été condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 40 ans. Il a porté cette peine en appel, pour la faire réduire à une peine d'incarcération ferme de 25 ans.

Il a aussi souhaité faire une précision par ce communiqué: ses démarches d'appel dans son dossier "visent un débat juridique" seulement. L'homme de 29 ans dit qu'il ne cherche pas à minimiser d'une quelconque manière la gravité des gestes qu'il a commis le 29 janvier 2017.

Ce jour-là, il a fait irruption dans la grande mosquée de Québec et a abattu six fidèles, faisant plusieurs autres blessés.

Il avait plaidé coupable à ces crimes en mars 2018.

À voir également:

Les commentaires ont été fermés pour cet article. Lisez notre politique sur les commentaires pour plus de détails.