DIVERTISSEMENT
12/03/2019 12:03 EDT | Actualisé 12/03/2019 15:09 EDT

Leon Logothetis, l'homme derrière le phénomène Netflix «The Kindness Diaries»

«Les gens me disent que la série a changé leur vie...»

Netflix

Leon Logothesis est un être inspirant. Animateur, auteur, producteur, conférencier, voyageur et philanthrope anglais habitant à Los Angeles, il a troqué un emploi payant qui le rendait malheureux pour une vie de voyages, de rencontres et de partages. Son carburant (outre une imagination débordante)? La gentillesse. La deuxième saison de sa magnifique série The Kindness Diaries venant tout juste d'atterrir sur Netflix, j'ai eu la forte envie de m'entretenir avec cet homme bon qui change des vies et rend le monde meilleur en propageant la gentillesse.

Où et comment a débuté cette grande aventure remplie de gentillesse?

«J'étais courtier à Londres et si de l'extérieur j'avais tout, à l'intérieur, je n'avais rien. J'étais très stressé, très déconnecté et sans but. J'ai vu le magnifique film The Motorcycle Diaries et cela a fait pour moi ce que les gens me disent que ma série fait pour eux. Ce film m'a touché d'une manière magnifique. J'ai décidé de quitter mon emploi pour voyager à travers le monde. Lors de mon premier voyage, j'ai marché à travers l'Amérique – de Time Square au signe d'Hollywood - en ne comptant que sur la bonté et la gentillesse des gens. Ensuite, j'ai continué à voyager, puis je suis déménagé à Los Angeles, où je suis retourné travailler en production, donc un peu dans mon ancienne vie, je l'avoue. C'est en 2013 que je me suis finalement libéré en quittant mon travail complètement à nouveau. C'est à ce moment que j'ai fait The Kindness Diaries 1 et c'est ce que je fais depuis.»

Ultimement, qu'est-ce que la gentillesse et la bonté pour toi?

«Pour moi, la gentillesse est simplement d'aider quelqu'un à se sentir moins seul. Parfois, les gens disent ne pas aimer le mot «kindness», car il le voit comme une espèce d'état de faiblesse. Mais lorsque tu expliques qu'être bon veut dire aider quelqu'un à se sentir moins seul, les gens repensent à ce ou à ces moments où ils se sont eux aussi sentis seuls. Alors, ils comprennent.»

La deuxième saison de The Kidness Diaries vient d'arriver sur Netflix. Comment décrirais-tu cette nouvelle aventure?

«La saison 2 est mon voyage en voiture de l'Alaska à l'Argentine à bord d'une VW Beetle vintage baptisée Kindness 2. Il s'agit du même concept que dans la saison 1 : je ne compte que sur la bonté et la gentillesse des gens pour voyager, sans argent, sans nourriture, sans endroit où dormir. La différence entre les deux saisons est celle-ci : je ne sais trop pourquoi, mais dans la saison 1, je n'avais pas vraiment personnellement ouvert mon cœur... Dans la saison 2, je suis plus ouvert et plus libre, je crois, à ouvrir mon cœur à l'écran.»

Netflix
The Kindness Diaries

En effet, tu t'ouvres sur ton enfance, ton histoire et cette époque où tu étais intimidé, ce qui est très touchant. Dirais-tu que ces rencontres t'aident à panser les cicatrices du passé?

«Oh oui! Une des choses que je fais aussi est de présenter des conférences devant les jeunes et les adultes; l'un des messages que je leur livre est l'importance de partager sa douleur. Car en partageant sa douleur, on se libère, on n'y reste pas accroché. C'est ce que j'ai parfois fait dans la série. Je crois que lorsqu'on voit quelqu'un partager sa peine, cela nous donne la ''permission'' de faire la même chose.»

J'imagine que tu aurais aimé rencontrer un Leon lorsque tu étais jeune?

«C'est arrivé et c'est la raison pour laquelle je fais ce que je fais. C'est la beauté de toute cette histoire, car cela m'est arrivé et m'a sauvé. J'ai rencontré une professeure qui m'a montré de l'amour et de la gentillesse. Elle m'a dit que je comptais et j'ai ensuite voulu partager cela avec d'autres personnes : montrer aux gens qu'ils comptent, comme elle me l'a montré. J'ai lui ai d'ailleurs dédié l'un de mes livres.»

Comment arrives-tu à rencontrer autant de gens aux histoires si inspirantes? Il semble que tu les attires, non?

«Je parle tout simplement avec mon cœur, alors quand je marche dans la rue, j'attire les gens qui parlent aussi avec leur cœur. C'est merveilleux! Et tout le monde a le pouvoir de faire de même. Je vois les gens, je connecte avec eux, avec qui ils sont et ils peuvent ainsi connecter avec qui je suis.»

Comment as-tu sélectionné les endroits où tu t'arrêterais sur ton parcours?

«Certains étaient choisis de manière aléatoire, d'autres de façon semi-aléatoire, car je dois parfois me procurer des visas. La saison 2 est beaucoup plus aléatoire. Je pense à l'épisode 11, lorsque je marche dans une ville où personne ne parle anglais et où je tombe sur une jeune femme qui chante dans la rue de façon tellement magnifique. Soudainement, on se met à parler et c'est tout simplement magique. Des moments comme ceux-ci sont impossibles à prévoir.»

Qu'est-ce qui te rend vraiment heureux désormais?

«Connecter avec quelqu'un avec tout mon cœur. The Kindness Diaries présente la meilleure version de Leon qui soit. Pourtant, il y a des moments où je souffre et où je me sens seul. Je suis heureux lorsque je connecte avec les gens, lorsque je pars à l'aventure, lorsque je partage mon amour et lorsqu'on m'aime. On aime tous être aimés.»

Y a-t-il dans ta vie une personne spéciale que tu aimes et avec qui tu voyages par exemple?

«Tu sais quoi? Ce sera peut-être ma prochaine aventure! C'est peut-être la plus belle des aventures.»

Y a-t-il des endroits où tu n'es pas encore allé et que tu désires visiter?

«Oui, l'Égypte, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Namibie... Ce sont les destinations qui sont au sommet de ma liste.»

Qu'est-ce que les gens sur la rue te disent lorsqu'ils te rencontrent?

«C'est beau, car les gens me disent que la série a changé leur vie. Je reçois des centaines de messages par jour et je réponds à chacun d'entre eux. Je leur réponds, car ils ont été touchés par la série, ils m'écrivent pour me le dire et c'est simplement la bonne chose à faire que de leur répondre.»

«C'est merveilleux et c'est très épanouissant de savoir qu'on touche les gens d'une façon aussi belle.»

Netflix
The Kindness Diaries

As-tu des regrets?

«Si je mourais aujourd'hui, je crois que le seul regret que j'aurais serait peut-être de ne pas avoir eu d'enfants... Je ne sais pas... Peut-être le fait de ne pas avoir rencontré mon âme sœur aussi...»

Parle-moi du travail que tu as fait avant The Kindness Diaries?

«J'ai eu une série sur National Geographic baptisée Amazing Adventures of a Nobody où je voyageais à travers le monde avec 5 dollars, 5 livres ou 5 euros par jour. J'ai écrit quelques livres, dont Live, Love, Explore qui, pour être honnête, est mon aventure préférée. C'est l'histoire de ce qui m'a mené à faire ce que je fais, des leçons que j'ai apprises et la façon dont vous pouvez les apprendre aussi. Il sortira d'ailleurs en livre audio bientôt.»

Vois-tu plus de gentillesse qu'avant autour de toi?

«Définitivement. Si tu veux voir plus de mal, tu peux, mais si tu veux voir de la bonté, tu en verras aussi. Cela ne veut pas dire que si tu es toujours gentil, des choses moins plaisantes ne vont pas t'arriver, mais ce que tu partages avec le monde autour, la plupart du temps, te reviendra. Je crois aussi au pouvoir de l'intuition. J'ai, par exemple, été invité à dormir chez des gens pendant l'émission et j'ai refusé, car je sentais qu'il y avait quelque chose qui clochait.»

Ton nouveau livre intitulé Go Be Kind, 28 1\2 Adentures Guaranteed To Make You Happier sortira le 26 mars prochain. Tu peux m'en parler?

«Les gens viennent me voir et me disent : ''Je ne peux pas être gentil comme toi, je ne peux pas quitter mon emploi pour voyager à travers le monde''. Je voulais leur montrer que tu n'as pas besoin de faire tout cela pour être gentil. La gentillesse est formée de moments de la vie de tous les jours où tu es présent. Ce livre est un journal d'aventures qui te mène à travers la vie de manière à être bon. Certains exercices sont très simples : trouver un enfant et lui demander ce qu'être gentil veut dire pour lui. Il y a des aventures plus drôles, comme la roulette du cellulaire qui consiste à prendre son téléphone et choisir un contact au hasard, puis à lui téléphoner, peu importe qui c'est. Je l'ai fait et, comme j'ai de nombreux contacts dans mon téléphone, je ne savais plus qui était cette personne. Je lui ai téléphoné et j'ai fait sa journée. Il était heureux de me parler. L'objectif ultime de ce journal est de changer la vie d'une personne. C'est exactement ce que j'offre au lecteur : des manières d'aller dans le monde et de toucher la vie de quelqu'un en l'aidant à se sentir moins seul.»

Les deux saisons de The Kindness Diaries sont disponibles dès maintenant sur Netflix Canada.

À voir également :