BIEN-ÊTRE
11/03/2019 10:26 EDT | Actualisé 11/03/2019 15:26 EDT

Vous devrez vous munir d'un visa ETIAS pour voyager en Europe

Dès 2021, les Canadiens devront obtenir une autorisation de voyage pour visiter les 26 pays de l'espace Schengen.

Vous planifiez un voyage en Europe dans deux ans? Vous devrez obtenir un visa d'entrée, en vertu d'une mesure adoptée par l'Union européenne.

Actuellement, les Canadiens n'ont pas besoin de visa pour voyager dans les 26 pays de l'espace Schengen (les pays de l'Union européenne, mais aussi d'États associés, comme l'Islande et la Suisse) pour des séjours de moins de 90 jours. Mais à partir de 2021, lorsque le programme ETIAS sera en vigueur, ce sera chose du passé.

ETIAS est l'acronyme anglais de Système européen d'information et d'autorisation concernant les voyages.

LIRE AUSSI:
» Destinations voyage populaires: de quels vaccins avez-vous besoin?
» Décalage horaire : comment s'en remettre?
» Le nombre de touristes en hausse de 6% dans le monde en 2018

Pour obtenir cette autorisation, vous devrez remplir une demande en ligne en fournissant votre numéro de passeport, votre adresse, votre adresse courriel, et les informations de votre carte de crédit ou de débit. Vous devrez également partager certaines informations à propos de vos plans de voyage et de votre état de santé, en plus de mentionner si vous avez un casier judiciaire.

Cela ne devrait pas prendre plus de dix minutes, selon les autorités européennes, et vous devriez recevoir une réponse dans les 24 heures suivant votre demande.

Ce visa coûtera 7 euros, soit environ 10,50$, et sera valide pour une durée de trois ans.

Les autorités espèrent ainsi contrer l'immigration illégale et les attaques terroristes. En ayant plus d'informations à l'avance sur les voyageurs, elles croient également pouvoir améliorer la sécurité dans les aéroports et réduire les files d'attente.

Le Canada possède déjà un système semblable, qui exhorte tous les pays dispensés d'une obligation de visa à fournir une autorisation d'entrée (sauf les États-Unis). Il s'agit de l'autorisation de voyage électronique (AVE).

Un Français qui prévoyait venir visiter sa famille avait durement critiqué ce système dans La Presse, alors qu'on lui demandait de subir une évaluation psychologique pour obtenir son AVE, en janvier dernier.