POLITIQUE
07/03/2019 12:49 EST | Actualisé 07/03/2019 14:47 EST

Des compressions ou une hausse du fardeau fiscal sont à venir, selon Carlos Leitao

L'ancien ministre des Finances croit que le gouvernement Legault ne pourra pas maintenir l'équilibre budgétaire.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Le porte-parole de l'opposition officielle aux Finances, Carlos Leitao

Le gouvernement Legault sera probablement incapable de maintenir l'équilibre budgétaire durant tout son mandat, a prédit jeudi le porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances, Carlos Leitao.

L'ancien ministre libéral des Finances et architecte du retour à l'équilibre budgétaire sous le gouvernement Couillard estime que les caquistes devront augmenter le fardeau fiscal des contribuables ou effectuer des compressions, s'ils ne renoncent pas à certains de leurs engagements. M. Leitao a invoqué les projections toutes récentes de la Banque du Canada, selon lesquelles "un ralentissement s'installe et il faut demeurer extrêmement prudent".

Dans une conférence de presse à la Tribune de la presse parlementaire jeudi à Québec, M. Leitao, qui est député de Robert-Baldwin, a rappelé que la CAQ a pris des engagements très coûteux, notamment la maternelle quatre ans, les Maisons des aînés et le Troisième Lien, qui doit relier la capitale à la rive-sud.

Cependant, le gouvernement a déjà évoqué qu'il n'y aurait déjà plus de surplus budgétaire dès l'an prochain, a-t-il rappelé.

C'est "préoccupant", selon M. Leitao, puisque cela implique que toutes les marges de prudence prévues par le gouvernement, fonds de suppléance, provisions pour éventualités, provisions pour le service de la dette, auront donc disparu, même si elles sont inscrites dans le cadre financier depuis plusieurs années.

"Avec toutes ces déclarations et toutes ces improvisations, franchement, je doute que le gouvernement soit capable de maintenir l'équilibre budgétaire pour la durée du mandat. Je n'en doute pas pour cette année, 2019-2020, mais pour la durée du mandat, j'en doute fortement."

LIRE AUSSI:

» Le budget du gouvernement Legault déposé le 21 mars

» BLOGUE Santé: dépenser plus, ou pas?

» Les CPE au front: l'opposition aux maternelles quatre ans s'organise

Le gouvernement Legault est donc confronté à trois options, juge M. Leitao. Soit il augmente ses revenus par la hausse du fardeau fiscal des contribuables, "ce qui n'est pas souhaitable", a laissé savoir le député libéral, soit il abandonne des engagements, soit il effectue des compressions pour financer ses engagements.

Le gouvernement caquiste "doit se rendre compte qu'il n'y a pas de magie" en matière de finances publiques et que les moyens financiers sont limités.

M. Leitao a indiqué qu'il aurait pour sa part priorisé l'amélioration des services publics, comme s'était engagé à faire le Parti libéral, avec une augmentation annuelle de 3,5 pour cent du financement en éducation et de 4 pour cent en santé.

Par ailleurs, M. Leitao a condamné le gouvernement Legault pour son manque de transparence concernant le surplus budgétaire anticipé pour l'année 2018-2019 qui se termine. Les caquistes ont en effet renoncé à publier la traditionnelle mise à jour mensuelle des finances publiques prévue pour le vendredi 8 mars, en arguant qu'on connaîtra l'ampleur du surplus au dépôt du budget le 21 mars.

Le député libéral a déjà estimé à 5 milliards $ le surplus qui pourrait être engrangé à la fin du mois, puisqu'on était à 4,3 milliards $ pour les huit premiers mois, alors que le premier ministre François Legault avait plutôt évoqué un surplus de 2 milliards $.

L'opposition avait ainsi accusé le gouvernement de vouloir minimiser le surplus pour réduire les attentes et retarder la réalisation de ses engagements électoraux.