DIVERTISSEMENT
05/03/2019 21:09 EST | Actualisé 05/03/2019 21:09 EST

«District 31»: Jeff Boudreault et les défis d'interpréter Jean Brière

«Quand tu arrives sur District 31, sois prêt, car tu risques de faire un plan et c'est celui-là qui ira en ondes...»

Facebook/District 31

Autodidacte, le comédien Jeff Boudreault roule sa bosse dans le monde de la télé depuis 22 ans. De La Galère à Un homme mort en passant par Virginie et Destinées, c'est maintenant sous les traits du journaliste juridique Jean Brière de District 31 que le Québec au grand complet le reconnaît et l'aborde dans la rue. Celui qui caresse le rêve de jouer un jour dans une sitcom – l'humour étant ce qui lui a initialement fait prendre le chemin du jeu – nous parle du phénomène District 31, de son parcours et de ses multiples autres projets.

La vie depuis District 31

Si Jeff Boudreault n'a pas eu la chance de tenter de décrocher l'un des rôles principaux dans District 31, c'est qu'à l'époque des auditions, celui-ci jouait déjà dans une autre quotidienne, la série jeunesse Salmigondis.

«Par contre, j'avais dit que je pouvais faire un personnage satellite, qui vient ici et là. La veille de la conférence de presse, on m'a appelé pour m'offrir le rôle de Brière, sur lequel j'ai sauté.»

Son Jean Brière, qu'un jour les gens lui disent aimer, puis un autre détester, il le voit comme un journaliste ratoureux, bien narcissique, ne travaillant qu'en fonction de lui-même.

«Tout ce qu'il cherche, c'est son succès, poursuit-il. En tant qu'acteur, je pourrais aller encore plus loin là-dedans, mais j'essaie de le garder crédible. À la limite, il y a des gens qui sont comme lui, qui sont un peu égocentriques sans le savoir, qui ne font pas exprès pour l'être, mais qui le sont plutôt de par leurs gestes. J'essaie de le jouer de cette façon. La façon dont les autres personnages parlent de lui en dit aussi beaucoup. Sa personnalité émane de ce que les autres disent de lui en fait.»

Facebook/District 31

En 22 ans de carrière à la télévision, le comédien père de trois enfants affirme n'avoir jamais vécu un engouement aussi fort que celui suscité par le phénomène District 31. Un succès hors du commun, comme une explosion que personne n'attendait et une reconnaissance des gens venant comme un beau cadeau.

«Il n'y a pas une journée où je n'entends pas parler de District 31. Quand tu joues dans cette émission, c'est fini, tu ne peux plus passer incognito. Je suis à la télé chaque semaine depuis 22 ans, mais je ne me suis jamais fait autant parler d'une émission que depuis que je fais District 31

Les textes de la semaine prochaine entre les mains, l'acteur pense pouvoir déceler que son Jean Brière se mettra peut-être les pieds dans les plats avec l'histoire de Yanick Dubeau... «Mais je ne le sais pas au fond, corrige-t-il rapidement. En fait, on n'est au courant de rien. C'est drôle, voir les gens anticiper toutes ces théories sur ce qui va arriver sur les réseaux sociaux, alors que nous-mêmes ne savons pas ce qui va arriver. C'est d'ailleurs aussi à se demander si Luc [Dionne, l'auteur], le sait...»

À Luc Dionne, justement, il n'a demandé qu'une faveur au début de l'aventure District 31 : l'avertir quelques semaines à l'avance s'il comptait un jour faire mourir Jean Brière. «Lorsqu'il m'a appelé un peu plus tard pour me dire que Jean allait se faire tirer (dans une précédente saison), je suis resté silencieux, puis il a ajouté en riant : ''Mais il ne meurt pas''. J'étais soulagé, mais en tant qu'acteur, je respecte l'auteur et je le suis. Personnellement, j'en prendrais toujours plus et si je pense que mon personnage sera là jusqu'à la fin, je ne peux être certain de ce que l'avenir lui réserve.»

«Je crois que le succès de District 31 vient du fait qu'on est toujours dans l'action. On n'est pas dans les histoires d'amour des personnages, on est toujours dans ce qui touche au travail. C'est différent et les gens aiment cela.»

À l'instar de ses collègues de plateau, Jeff Boudreault décrit le rythme de tournage comme rapide et singulier.

«L'apprentissage du texte est assez spécial sur District 31, on ne retrouve pas cela ailleurs. C'est une routine à développer et un rythme qui est spécial. Moi, je ne déteste pas cela, car il n'y a pas de perte de temps. Tu arrives et tout se passe. Quand tu arrives sur District 31, sois prêt, car tu risques de faire un plan et c'est celui-là qui ira en ondes. Ce n'est pas tous les acteurs qui aiment ça.»

Facebook/District 31

Un artiste, un curieux et un touche-à-tout

Attiré tout d'abord par l'humour, Jeff Boudreault a eu l'appel de la scène lorsqu'il était au secondaire. En allant au théâtre d'été, puis en écrivant sa première pièce (Complètement déboussolé, qui se déroulait sur un bateau et qui a bien marché), il se rend compte que c'est ce qu'il veut faire. Pour le plaisir, sans savoir qu'il en ferait une riche carrière.

Il quitte son métier d'éducateur spécialisé, fait beaucoup de pubs régionales, déménage à Québec avec sa blonde (aujourd'hui sa femme depuis plus de 25 ans) et rencontre un directeur de casting avec qui le courant passe.

Il devient Monsieur Muffler, puis passe rapidement des auditions pour de la pub et des séries. C'est son premier rôle dans la série Rivière-des-Jérémie qui nous le fait découvrir. Les rôles s'enchaînant par la suite, il déménage sur la Rive-Sud de Montréal pour poursuivre sa carrière de comédien.

«Je vais me sauver avant que le métier me mette dehors, affirme-t-il en riant, mais en étant tout de même sérieux. C'est pour cela que je fais plusieurs trucs à côté. J'ai une microbrasserie (Beemer dans sa ville natale, Roberval) qui ouvrira aussi sa distillerie au printemps, je suis dans l'immobilier, je suis porte-parole du Festibière de Chambly depuis plus de 13 ans, j'essaie d'éparpiller mes billes un peu pour couvrir mes arrières. Le métier de comédien, c'est un super beau métier, mais c'est un métier de surprises.»

District 31 est diffusée du lundi au jeudi à 19h, sur les ondes d'ICI Télé.

À voir également :