POLITIQUE
05/03/2019 10:36 EST | Actualisé 05/03/2019 16:19 EST

Le gouvernement impose l'évaluation du BAPE au projet minier controversé en Abitibi

Le projet a suscité au cours des dernières semaines de l'inquiétude parmi la population locale.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Photo d'archives de Benoit Charette, ministre de l'Environnement.

QUÉBEC - Victoire pour l'opposition à l'Assemblée nationale et les groupes écologistes d'Abitibi-Témiscamingue: après plusieurs semaines d'incertitude, le projet minier Authier Lithium de Sayona Québec ne pourra pas échapper à un examen du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, a précisé mardi dans un communiqué que ce projet controversé de mine de lithium à ciel ouvert près d'une source d'eau exceptionnelle sera finalement assujetti à la procédure d'évaluation et d'examen des impacts sur l'environnement menant au BAPE. L'opposition péquiste demande maintenant au gouvernement de faire les choses correctement sans bousculer tout le monde.

En février, des groupes écologistes de la région avaient fait une sortie concertée au parlement en compagnie des trois partis d'opposition à l'Assemblée nationale pour exiger un BAPE. Ils avaient affirmé qu'il y avait un "consensus régional" et que "tout le monde veut un BAPE", en raison du risque que fait courir ce projet à l'esker Saint-Mathieu-Berry, une source d'eau d'une grande pureté.

Au même moment, le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, avait déclaré: "On va essayer de voir si on peut pas se servir des règles pour aller sans BAPE, dans le contexte, ça peut se faire."

Le gouvernement Legault avait réservé sa décision en fonction de l'analyse de la production projetée, à savoir le seuil des 2000 tonnes métriques d'extraction minière par jour, à partir duquel un projet doit être obligatoirement assujetti.

À LIRE AUSSI: «L'Abitibi-Témiscamingue, ce n'est pas un Far West»

Or l'entreprise a fait savoir que le projet minier aura une capacité maximale journalière d'extraction supérieure à ce seuil selon les critères établis par le Règlement relatif à l'évaluation et l'examen des impacts sur l'environnement de certains projets.

La "stratégie" de l'entreprise pour faire passer sa production juste en dessous des 2000 tonnes et éviter ainsi le processus d'évaluation n'a "pas tenu la route", s'est réjoui le député péquiste Sylvain Gaudreault, dans une entrevue avec La Presse canadienne mardi après-midi.

"C'est une belle victoire pour les gens de l'Abitibi-Témiscamingue et la mobilisation citoyenne", a déclaré la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, de Québec solidaire, au cours d'un entretien téléphonique.

Authier Lithium devra notamment faire l'objet d'une consultation publique sur ses enjeux, d'une étude d'impact du promoteur, d'une période d'information publique menée par le BAPE et d'une analyse environnementale du ministère.

M. Gaudreault met en garde le gouvernement contre la précipitation. Il demande à ce que le BAPE se fasse dans de bonnes conditions.

"Il ne faut pas pousser la machine, il ne faut pas voir le BAPE comme un empêcheur de tourner en rond. Le BAPE va permettre d'avoir une évaluation scientifique du projet. J'interpelle le ministre pour qu'il donne le temps au BAPE de bien travailler."

Mme Lessard-Therrien soupçonne également le gouvernement Legault de vouloir aller rapidement dans ce dossier. Elle espère qu'on laissera le temps aux organismes et citoyens de s'organiser et de se préparer pour les audiences.

À voir également: