NOUVELLES
28/02/2019 15:59 EST | Actualisé 28/02/2019 16:16 EST

La Ligue nord-américaine de hockey adopte des mesures pour contrer le racisme

«Nous condamnons tout comportement ou propos raciste, sexiste ou homophobe à l'égard d'un joueur, d'un entraîneur ou d'un officiel et nous ne les tolérerons pas.»

À la suite d'incidents racistes survenus à St-Jérôme samedi dernier, la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) a adopté de nouvelles mesures.

Ainsi, à compter des matchs de vendredi, un message sera diffusé avant chaque duel rappelant la tolérance zéro de la LNAH à l'égard des gestes ou propos discriminatoires; la sécurité sera renforcée dans tous les amphithéâtres du circuit; les spectateurs contrevenant à ces règles seront immédiatement expulsés; et les officiels auront comme directive d'interrompre tout match au cours duquel de tels incidents se produiraient jusqu'à l'expulsion des spectateurs fautifs, a annoncé la ligue par communiqué, jeudi.

Lors d'un match impliquant les Marquis de Jonquière et les Pétroliers du nord de St-Jérôme, le défenseur jonquiérois Jonathan-Ismaël Diaby a été la cible de partisans, qui lui ont lancé des insultes à caractère raciste en plus de lui montrer des vidéos de singe alors qu'il se trouvait au banc des pénalités.

LIRE AUSSI:
» Georges Laraque n'est pas surpris de ce qui s'est passé dans la LNAH
» Racisme à l'aréna: François Legault aurait interrompu le match
» Deux femmes sanctionnées pour des propos contre les Autochtones sur Facebook

L'ex-choix des Predators de Nashville a aussi constaté qu'on s'en prenait à sa famille. Craignant de ne pas être en mesure de garder son calme après avoir écopé d'une deuxième pénalité, il a lui-même demandé à l'arbitre de purger celle-ci au vestiaire. C'est à ce moment qu'il a décidé d'aller chercher sa famille — Diaby est originaire de la région — et de quitter l'aréna régional Rivière-du-Nord.

Selon la version des faits de Diaby, le service de sécurité, au lieu de mettre les fautifs dehors, a demandé à sa famille de se déplacer. Quant au jeune homme qui lui montrait des vidéos racistes au banc des punitions, on ne lui aurait demandé que de s'asseoir.

C'est à la suite de ces incidents que les gouverneurs du circuit et son commissaire, Jean-François Laplante, ont décidé «de mettre en œuvre une série de mesures qui contribueront à assurer une meilleure sécurité pour toutes les personnes qui viennent assister (aux) matchs et à informer le public sur les attentes et sur les propos et les comportements qui ne seront pas tolérés lors des activités» de la LNAH.

«Nous accueillons avec plaisir les partisans, les parents et les amis de nos joueurs, ainsi que le grand public à tous nos matchs et nous voulons leur offrir un bon spectacle de sport dans un environnement agréable et sécuritaire, a affirmé Laplante. Nous condamnons tout comportement ou propos raciste, sexiste ou homophobe à l'égard d'un joueur, d'un entraîneur ou d'un officiel et nous ne les tolérerons pas.»