NOUVELLES
25/02/2019 16:49 EST | Actualisé 26/02/2019 11:35 EST

Des propos racistes dans la LNAH lancent une vague d'indignation

Un joueur des Marquis de Jonquière a été victime de propos racistes et de gestes disgracieux lors du match de samedi soir à Saint-Jérôme.

Jonathan Diaby, des Marquis de Jonquière, a été la cible d'invectives d'un partisan alors que son équipe affrontait les Pétroliers de Saint-Jérôme à l'aréna régional Rivière-du-Nord, samedi soir dernier à Saint-Jérôme. Ces propos racistes et le comportement inapproprié de certains partisans des Pétroliers ont suscité un tollé de protestations autour de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH).

Après avoir écopé d'une pénalité de deux minutes pour coup de bâton, Diaby s'est rendu au banc des pénalités alors qu'il restait 11:18 au tableau indicateur en deuxième période. C'est alors qu'un partisan est venu le narguer avec des gestes offensants, des insultes et des propos déplacés sur la couleur de sa peau.

La situation en question débute à environ 1:18:50 dans la vidéo disponible sur le site LNAH.TV. On y voit le joueur de 24 ans être interpellé par le partisan avant de quitter vers son vestiaire pour aller y purger sa pénalité.

Capture d'écran, LNAH.TV
Jonathan Diaby insulté par un partisan.

Comme le montre les images, l'action s'est poursuivie dans les estrades alors que le père de Diaby a été à son tour victime de propos racistes par des partisans des Pétroliers de Saint-Jérôme. La conjointe du joueur aurait même été aspergée de bière.

Les descripteurs du match, eux, n'ont pu que déplorer le spectacle se déroulant sous leurs yeux.

Capture d'écran LNAH.TV

Informé de ce qui venait de se dérouler dans les gradins, le défenseur des Marquis n'est pas revenu sur la glace par la suite, préférant aller soutenir ses proches.

«Je suis Diaby»

Des événements qui viennent de nouveau ternir la réputation de la ligue, elle qui se bat depuis des années pour retrouver ses lettres de noblesse, ayant longtemps été étiquetée uniquement comme une ligue de «goons». Plusieurs joueurs dans le circuit ont été repêchés ou sont d'anciens joueurs de la LNH ou de la KHL. Jonathan Diaby avait d'ailleurs été repêché en 2013 en troisième ronde (64e au total) par les Predators de Nashville.

Le commissaire de la LNAH, Jean-François Laplante, a vivement réagi en présentant ses excuses au nom de la ligue. «Les propos racistes, sexistes et homophobes sont tout à fait inacceptables, que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans nos arénas», a-t-il fait valoir.

Il a ajouté: «L'intolérance de la différence, c'est basé sur l'ignorance. Pour combattre cette problématique, il faut la dénoncer et en parler. Je suis Diaby.»

La direction des Marquis a déposé une plainte auprès de la LNAH.

Des excuses des Pétroliers

Une vague de témoignages d'appui au numéro 3 des Marquis et à sa famille a déferlé sur Facebook. Des adversaires de Diaby ont tenu à l'encourager, comme le montre les extraits dans la deuxième moitié de la vidéo plus haut.

Le capitaine des Pétroliers, Francis Desrosiers, a tenu aussi à publier une vidéo pour inviter les partisans à continuer à encourager leur équipe, mais en demeurant respectueux envers leurs adversaires. «Nous avons tous des familles, des enfants, des parents qui assistent aux matchs, ça ne doit pas dépasser les limites du respect», a lancé le capitaine.

«Jo, on est derrière toi et ta famille à 100 %, a mentionné Nicolas Corbeil, des Pétroliers. La ligue a besoin de joueurs comme toi. Ton équipe a besoin de toi. T'amènes un vent de fraîcheur, tu es talentueux et l'fun à regarder. T'es un joueur qui vaut le déplacement. Je voulais juste prendre le temps de te dire que "Je suis Jonathan Diaby", que nous sommes tous derrière toi et que l'on a bien hâte de te revoir sur la patinoire. Ne laisse pas des gens malheureux t'atteindre, tu vaux mieux que ça.»

Le capitaine de l'Assurancia de Thetford Mines, Matthew Medley, a profité de la tribune pour demander à la ligue de tenir chaque année une «journée de la différence pour les minorités visibles, l'homosexualité, etc.»

Diaby ne veut plus jouer

Malgré ces témoignages d'encouragement et les demandes formelles de ses adversaires de revenir au jeux, Jonathan Diaby songe à accrocher ses patins.

«Partisans des Pétroliers de Saint-Jérôme. Vous me décevez au plus haut point. Dégueulasse. Vous n'êtes pas des partisans. Vous faites honte au monde du hockey», a-t-il écrit sur sa page Facebook, samedi soir.

Lundi matin, il a toutefois indiqué, toujours sur sa page Facebook, qu'il serait présent sur le banc de son équipe pour le match de vendredi soir à Sorel.

CORRECTION: Une version précédente de l'article rapportait que Jonathan Diaby aurait quitté l'aréna sous escorte policière. Ce dernier a toutefois indiqué qu'il a quitté l'aréna avec sa famille sans aucune aide policière.

Voir aussi: