POLITIQUE
25/02/2019 11:25 EST | Actualisé 25/02/2019 12:49 EST

Montréal se dote d'un nouveau site web et élimine le papier dans les demandes de permis

La plupart des demandes de permis se font encore par fax.

demaerre via Getty Images

Presque 26 ans après le lancement public du World Wide Web, la Ville de Montréal permettra enfin à ses résidents, à ses commerçants et à ses entrepreneurs de délaisser le papier dans leurs demandes de permis. D'ici la fin de l'année, dix types de permis pourront être obtenus directement en ligne grâce au site web montreal.ca.

Les permis de terrasse seront bientôt plus faciles à obtenir à Montréal. Même chose si vous souhaitez rénover votre logement ou renouveler la médaille de Pitou. Pour la première fois, les demandeurs pourront envoyer leurs formulaires, suivre le cheminement de leurs dossiers et payer les frais requis sans jamais lever les yeux de leur laptop. La Ville souhaite ainsi réduire les délais de traitement... et les irritants.

«Un des éléments les plus positifs de cette démarche, c'est que les citoyens n'auront plus à se déplacer en arrondissement pour faire leurs demandes. Donc ils n'auront plus à manquer des heures de travail», souligne François William Croteau, maire de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie et responsable de la Ville intelligente.

M. Croteau souligne que les entreprises utilisent encore le fax pour la majorité de leurs échanges avec la Ville de Montréal.

Les premiers permis, disponibles ce printemps, seront ceux pour les animaux et ceux pour occuper le domaine public pour un chantier. Pour les terrasses, les commerçants devront attendre au mois de juin.

Un site moribond

Ces demandes de permis pourront être faites sur le site montreal.ca, qui remplacera le site actuel ville.montreal.qc.ca d'ici la fin de l'année.

Le nouveau site a été lancé en version bêta par l'ancienne administration de Denis Coderre, quelques jours avant le déclenchement des élections de 2017. Le maire et le responsable de la Ville intelligente, Harout Chitillian, promettaient alors que de nouveaux services seraient ajoutés avant la fin de l'année. Ce qui n'a pas été fait.

Selon M. Croteau, l'ancien site est beaucoup trop lourd — il compte plus de 40 000 pages, dont beaucoup de doublons — et trop difficile à naviguer.

Capture d'écran
Selon François William Croteau, responsable de la Ville intelligente au sein de l'administration Plante, le site web de la Ville de Montréal est lourd et difficile à naviguer.

«C'est un capharnaüm de se retrouver sur le site actuel. Donc on a fait un travail important de recension des besoins réels des citoyens», dit-il.

Moins d'appels au 311

Par ailleurs, l'application mobile Montréal — Services aux citoyens, lancée en même temps que la version bêta du nouveau site web, commence à avoir un impact sur les appels logés au service 311.

Selon des chiffres obtenus par le HuffPost Québec, les appels au service téléphonique ont diminué de 17% entre 2016, dernière année complète avant le lancement de l'application, et 2018, première année complète après le lancement.

L'application permet de signaler des problèmes de déneigement, de trottoirs glissants, de débris, de nids-de-poule, etc. en envoyant les photos et les détails aux services impliqués. Les citoyens peuvent suivre leur dossier sur l'application plutôt que de rappeler au 311 pour savoir ce qui a été fait.

À LIRE AUSSI:

» À quoi ressemblerait une Exposition universelle... en 2030?

»Outremont: les signes religieux s'invitent dans la bataille

Selon M. Croteau, les délais sont aussi plus courts.

L'élu croit que l'amélioration de la convivialité du site et de l'application devraient mener à un transfert plus important du service 311 vers l'application. La Ville ne compte toutefois pas abandonner la ligne téléphonique, puisque de nombreux citoyens n'ont pas accès à un téléphone intelligent.

Au total, près de 18 600 personnes ont téléchargé l'application en 2017 et 2018. Plus de 8200 signalements ont ainsi été acheminés à la Ville.

Voir aussi: