POLITIQUE
25/02/2019 15:54 EST | Actualisé 25/02/2019 21:11 EST

Montréal lance un appel d'offres dirigé, malgré les avertissements de l'inspectrice générale

Le projet de construction d'un complexe aquatique à Rosemont exclut tous les fournisseurs de bassins aquatiques, sauf un.

RyanJLane via Getty Images

Certains fonctionnaires et ingénieurs n'ont pas encore appris les leçons de la Commission Charbonneau, selon un nouveau rapport du Bureau de l'inspectrice générale de Montréal (BIG). La métropole aurait lancé un appel d'offres favorisant une seule entreprise, malgré des avertissements lancés par le BIG et le contrôleur général en amont du processus.

L'appel d'offres en question concerne la construction d'un complexe aquatique dans le Centre Rosemont. Le BIG a noté d'importants problèmes dans le choix du bassin à construire.

Selon le BIG, la Ville a obtenu les services des firmes Poirier Fontaine architectes et GBI Experts-Conseils pour la conception du complexe, la préparation des plans et devis et la surveillance des travaux. Ces deux firmes auraient milité pour que la Ville change le type de technologie privilégié pour le bassin. Elles se seraient ensuite arrangées pour qu'un seul fournisseur de bassins, Myrtha Pools, puisse se qualifier pour l'appel d'offres.

Pire, le chargé de projet de la Ville de Montréal aurait agi de concert avec les deux entreprises pour s'assurer que seule Myrtha pourrait se qualifier.

Ville de Montréal

Selon le rapport, tant le BIG que le contrôleur général sont intervenus dans le dossier pour dire explicitement aux firmes et à la Ville que l'appel d'offres était dirigé et donc illégal. Le chargé de projet de la Ville aurait alors élaboré de nouveaux «critères d'évaluation d'équivalence» pour permettre à d'autres entreprises de soumissionner.

Mais, selon un courriel envoyé par ce même fonctionnaire, ces critères allaient «de toute manière ne permettre que la proposition de bassins Myrtha comme équivalence». Le BIG souligne que les critères ont été établis, entre autres, à partir d'un document conçu explicitement pour exclure les produits de l'entreprise Natare alors même qu'un tableau interne de la Ville concluait à l'équivalence des produits Myrtha et Natare.

L'employé municipal aurait même demandé à son équipe de supprimer ledit courriel, de peur que le BIG ou le Bureau du contrôleur général ne mette la main dessus.

«Alors qu'il devait valider la démarche de rédaction des critères de performance dans l'optique convenue d'ouvrir le marché aux soumissionnaires, le Bureau du contrôleur général n'a pu le faire en toute connaissance de cause, le privant à la même occasion d'une possible, voire probable, intervention.»- extrait du rapport du BIG

L'inspectrice générale, Me Brigitte Bishop, demande à la Ville d'amender les documents d'appel d'offres afin que d'autres entreprises de piscines soient éligibles. Les soumissions doivent être reçues avant le 14 mars.

Elle demande aussi que les firmes PFA et GBI Experts-conseils soient retirés de la surveillance des travaux pour la partie concernant le bassin aquatique.

«L'inspectrice générale considère que les agissements constatés de la part de [PFA] et de [GBI] dans le cadre de la présente enquête ont grandement contribué à diriger la portion relative aux bassins de l'appel d'offres n° 5846 en faveur des produits Myrtha. Cela rend nécessaire une réévaluation du mandat qui leur a été octroyé», écrit-elle dans son rapport.

GBI n'en est d'ailleurs pas à ses premières frasques. L'entreprise s'appelait autrefois Beaudoin Hurens — c'est d'ailleurs toujours sous ce nom que le site web de l'entreprise s'affiche dans Google.

Beaudoin Hurens a été cité à plusieurs reprises pendant la Commission Charbonneau pour avoir participé à des systèmes de partage de contrats qui avaient lieu à Montréal, à Laval et sur la Rive-Nord.

La Ville de Montréal prévoit construire cinq nouveaux complexes aquatiques, pour une somme totale de 150 M$. La part prévue pour le Centre Rosemont n'est pas spécifiée.

L'administration Plante n'a pas souhaité réagir au rapport lundi. Le chef de l'opposition, Lionel Perez, s'est levé pendant la séance du conseil municipal pour demander qu'une décision soit prise rapidement.

Voir aussi: