DIVERTISSEMENT
21/02/2019 15:43 EST | Actualisé 21/02/2019 15:43 EST

«Avant qu’on explose»: bien plus qu’un «American Pie» québécois

Oui, il y a des jokes de pénis... mais sur fond d'apocalypse!

Étienne Galloy, Will Murphy et Madani Tall, dans le film Avant qu'on explose
Facebook/Les Films Christal
Étienne Galloy, Will Murphy et Madani Tall, dans le film Avant qu'on explose

Un ado qui fait tout pour perdre sa virginité et qui compte sur ses chums de gars pour l'aider à se faire dépuceler, ça nous rappelle forcément quelque chose. Mais contrairement à ce que pourraient laisser croire le pitch et la bande-annonce très potache d'Avant qu'on explose, la comédie de Rémi St-Michel et du scénariste Éric K. Boulianne ne se contente pas de recycler l'humour graveleux d'une saga - American Pie - qui a déjà donné lieu, en près de 20 ans, à de nombreuses resucées plus ou moins inspirées.

«C'est vrai que la bande-annonce renvoie l'image d'une comédie d'ado très classique», reconnaît Rémi St-Michel, en entrevue avec le HuffPost Québec.

«C'est ce qu'on s'est fait proposer comme bande-annonce, et je t'avoue qu'au début, on n'était pas sûrs du résultat. Mais au final, elle est dynamique et elle donne le goût d'aller voir le film, ce qui est un peu l'objectif d'une bande-annonce», ajoute le réalisateur, qui signe ici son premier long-métrage.

Une comédie légère sur fond d'apocalypse

«Si on avait eu plus de sous, on aurait peut être fait une deuxième bande-annonce pour montrer un autre aspect du film», confie de son côté, Éric K. Boulianne. «Mais c'est aussi le fun de surprendre les gens qui pensent voir un film, et qui découvrent finalement que ça s'en va à un autre endroit auquel ils ne s'attendaient pas.»

De fait, sous ses faux airs de comédie légère, Avant qu'on explose est imprégnée d'une forme de gravité inhérente au contexte de fin du monde dans lequel se déroule l'histoire. Témoin d'une époque particulièrement tendue sur la scène internationale, le film s'ouvre alors que la planète est au bord de la troisième guerre mondiale, les États-Unis et la Corée du nord menaçant de tout faire péter. Ce qui a le don de rendre très anxieux notre ado de Baie-Saint-Paul, Pier-Luc (l'excellent Étienne Galloy vu dans Prank en 2016), qui est particulièrement effrayé par la perspective d'être réduit à l'état de poussière sans avoir fait l'amour au moins une fois dans sa vie.

LIRE AUSSI:
» Découvrez la première bande-annonce de «Mafia Inc.», le nouveau film de Podz
» Découvrez la bande-annonce de «Menteur», la nouvelle comédie de Louis-José Houde
» Vincent-Guillaume Otis et Maxime Giroux préparent un film sur l'affaire Norbourg

«Quand on a présenté le projet à Christian Larouche (le producteur de Christal Films), les tensions entre la Corée du nord et les États-Unis n'étaient pas aussi fortes, précise Rémi St-Michel. Mais c'est devenu complètement fou pendant le tournage. On était au pic des tensions. Trump traitait l'autre de ''p'tit gros'' et ils se pitchaient des menaces chaque matin.»

Très présente dans le film, la peur de mourir se manifeste également à travers la perte d'un ami proche, fauché dans la fleur de l'âge, qui apporte à l'histoire une certaine touche dramatique.

«On voulait faire une comédie, mais on voulait aussi être dans l'émotion, résume Éric K. Boulianne. J'ai moi-même deux amis qui sont décédés pendant que j'étais au secondaire. Dans le cas de Pier-Luc, ça explique aussi pourquoi il est à ce point angoissé.»

Des jokes de pénis, mais pas que

«Il y a une vraie profondeur dans le film qu'on ne retrouve pas dans une saga comme American Pie», confie au HuffPost Québec Will Murphy, qui campe le personnage de Samuel, l'un des chums de Pier-Luc, «le cool guy» de la bande et le seul à avoir couché avec une fille.

De son côté, Antoine Olivier Pilon prête ses traits à Little, le «rough kid» qui écœure son monde et fait de Pier-Luc son souffre-douleur.

«C'est un peu le bum du village, commente l'acteur. Mais on va se rendre compte qu'il est bien plus que ça et qu'il dégage quelque chose de plus profond.»

Comme toute bonne comédie d'ado qui se respecte, Avant qu'on explose reprend tous les codes du genre. Ce qui n'empêche pas Rémi St-Michel et son acolyte, qui avaient déjà travaillé ensemble en 2014 sur le court-métrage Petit-frère, de tenter de «revamper un peu la patente», entre deux jokes de pénis.

«Au Québec, on ne voit pas forcément beaucoup de comédies d'ados vulgaires, mais aux États-Unis, il en sort peut-être une à chaque mois. On voulait apporter un regard nouveau sur ce type de comédies», explique Boulianne.

«C'est facile de tomber dans les clichés avec ce genre de film», souligne l'interprète de Pier-Luc, Étienne Galloy, que l'on retrouvera prochainement à l'affiche de Genèse, de Philippe Lesage.

«Je trouve ça super intelligent, la façon dont Éric et Rémi ont jonglé avec les codes habituels, sans jamais tomber dans les clichés. Ils ont réussi à développer un univers assez unique.»

De Baie-Saint-Paul à la Barbade

Résultat: un univers où se croisent volontiers un hommage au Superbad de Judd Apatow (LA référence en matière de films «coming-of-age») et un clin d'œil au cinéma d'Emir Kusturica (la «gang de gitans» de l'orchestre d'hommes-orchestres qui hante les rues de Baie-Saint-Paul pour annoncer l'apocalypse). Le film se permet également de faire une digression assez inattendue du côté de la Barbade, pour faire de Rihanna l'une des premières victimes collatérales de la troisième guerre mondiale.

«Quand ça te prend cinq ans pour faire un film, tu te dis, ''bah j'vais me gâter, il va y avoir Rihanna dedans et puis des explosions!''» commente Rémi St-Michel, dans un éclat de rires.

«Avec Rémi, on est des gros fans de Rihanna, on jouait Umbrella à la guitare, et on trouvait ça comique qu'elle soit dans le récit», renchérit Éric K. Boulianne.

La preuve aussi qu'on peut toujours avoir de l'humour, même quand l'ombre d'un champignon nucléaire plane au-dessus de nos têtes.

Mettant en vedette Étienne Galloy, Will Murphy, Madani Tall, Antoine Olivier Pilon, Rose-Marie Perreault, Julianne Côté, Monia Chokri et Brigitte Poupart, Avant qu'on explose prendra l'affiche partout au Québec le 28 février.