POLITIQUE
20/02/2019 08:06 EST | Actualisé 20/02/2019 08:06 EST

Cannabis: la position de Lionel Carmant ne bouge pas d'un iota malgré les critiques

Pas question d'apporter des changements à son projet de loi.

MARTIN OUELLET-DIOTTE via Getty Images

QUÉBEC — Après avoir entendu une dizaine de groupes, le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, reste inflexible quant à son intention de rehausser à 21 ans l'âge légal pour consommer du cannabis et de l'interdire sur la voie publique.

Mardi, malgré toutes les critiques et les appels à battre en retraite, le ministre a montré qu'il tenait mordicus à son projet de loi 2, dont l'étude en commission parlementaire se termine mercredi.

Il n'a pas même entrouvert la porte à des amendements, ce qui a amené une fois de plus l'opposition officielle à qualifier l'étude du projet de loi de «mascarade».

«Moi ce que j'entends depuis une semaine c'est "psychose", "dépression", "trouble de motivation", "prise de mauvaises décisions", s'est défendu M. Carmant en Chambre. Oui, j'entends les groupes: tous les groupes qui nous appuient pour monter l'âge à 21 ans. C'est qui? C'est ceux qui s'occupent des patients sur le terrain.»

Balivernes, a tonné le porte-parole libéral en matière de santé, André Fortin. «Les groupes qui se déplacent aujourd'hui ont plus de chance de pogner un coup de soleil à Québec que de convaincre le ministre de changer son projet de loi», a-t-il raillé.

L'opposition libérale a utilisé pas moins de six questions en Chambre pour dénoncer le manque d'écoute et de cohérence du gouvernement Legault dans ce dossier.

EN VIDÉO: le Barreau met en garde le gouvernement

L'argument préféré de M. Carmant selon lequel hausser de 18 à 21 ans l'âge de consommation du cannabis aidera à «protéger nos enfants» ne tient pas la route, a par ailleurs martelé le porte-parole libéral en matière de justice, Marc Tanguay. Les jeunes de 18 à 20 ans ne sont pas des enfants.

Il a fait sienne la position du Barreau qui a déjà prévenu le gouvernement contre le risque d'invalidité constitutionnelle si le gouvernement établissait un âge minimal à 21 ans en ne s'appuyant pas sur des études scientifiques concluantes. Le gouvernement a-t-il «renoncé au respect des droits et libertés pour nos 18, 19, 20 ans?» s'est-il insurgé.

Le monde municipal conteste

M. Carmant est également resté de marbre devant les critiques du monde municipal. Mardi soir, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, lui a recommandé de maintenir l'âge légal pour consommer du cannabis à 18 ans «dans une perspective de lutte à la contrebande et afin d'inciter les jeunes consommateurs de cannabis à s'approvisionner sur le marché légal».

Par ailleurs, selon elle, le projet de loi 2 va à l'encontre du principe d'autonomie municipale. À l'instar du maire de Gatineau, elle a demandé au ministre d'amender le projet de loi pour permettre à sa ville de se soustraire à l'interdiction de consommer du cannabis dans les lieux publics, y compris les parcs.

À l'heure actuelle, Montréal autorise la consommation de cannabis dans l'espace public, sauf où cela n'est pas permis pour le tabac.

En interdisant la consommation de cannabis dans l'espace public, le gouvernement risque de créer une impasse sociale, ajoute-t-on. La Ville de Montréal compte 60 pour cent de locataires, qui risquent de ne pas avoir le droit de consommer ni chez eux ni en public si la loi est adoptée.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) a abondé dans le même sens. Son président, Alexandre Cusson, a enjoint le ministre à «respecter l'autonomie et les compétences des gouvernements de proximité» et à amender la pièce législative «afin de leur laisser la possibilité d'adopter un règlement pour déterminer les lieux publics extérieurs (rues, trottoirs, parcs, etc.) où il sera permis ou interdit de fumer du cannabis».

Il faut continuer de faire des campagnes de sensibilisation et de prévention auprès des jeunes plutôt que de simplement leur interdire l'accès au cannabis, a-t-il poursuivi. Enfin, l'UMQ a rappelé au gouvernement que les municipalités attendent toujours avec impatience la somme de 20 millions $ sur deux ans annoncée dans le dernier budget du Québec qui devait notamment servir à appuyer des actions en prévention et en sensibilisation auprès des jeunes.

Les villes membres de l'UMQ représentent 85 pour cent de la population québécoise.