NOUVELLES
19/02/2019 15:36 EST | Actualisé 19/02/2019 15:36 EST

Trucage d'appels d'offres: Dessau versera 1,9 million $

Le fait que la compagnie n’exerce plus ses activités et qu'elle ait entamé un processus de dissolution a été pris en considération dans le cadre du règlement.

Classen Rafael / EyeEm via Getty Images

Dessau paiera 1,9 million $ relativement à une affaire de trucage d'appels d'offres entre 2003 et 2011 concernant des contrats d'infrastructures municipaux au Québec.

Un règlement qui a été présenté mardi à la Cour supérieure du Québec met ainsi fin à l'enquête du Bureau de la concurrence sur le rôle de la défunte firme d'ingénierie dans un complot visant les villes de Québec, Laval, Gatineau ainsi que d'autres municipalités de la région de Montréal.

L'organisme fédéral a expliqué, dans un communiqué, que le règlement tenait compte d'une série de facteurs, dont la participation de Dessau au Programme de remboursement volontaire qui avait été mis sur pied par Québec.

«Le règlement obtenu veille à ce que Dessau assume la responsabilité de ses actes», a fait valoir le Commissaire de la concurrence par intérim, Matthew Boswell.

Le fait que la compagnie n'exerce plus ses activités et qu'elle ait entamé un processus de dissolution a aussi été pris en considération dans le cadre du règlement, a également indiqué le Bureau de la concurrence.

LIRE AUSSI:
» L'ancien vice-président de Dessau radié de l'Ordre des ingénieurs
» Dure année pour la réputation de plusieurs firmes québécoises
» Arrêt Jordan: le procès d'un ancien dirigeant de SNC-Lavalin avorte

Fondée en 1957, Dessau avait cédé ses activités d'ingénierie à l'albertaine Stantec dans le cadre d'une transaction annoncée en 2014 et dont le montant n'avait pas été dévoilé.

À l'instar d'autres firmes d'ingénierie, la compagnie avait vu sa réputation être entachée, notamment par des allégations de financement politique illégal ainsi que par les témoignages de certains de ses ex-dirigeants devant la Commission Charbonneau.

L'enquête de l'organisme fédéral, qui est toujours en cours, a jusqu'ici permis de déposer des accusations à l'endroit de quatre individus en lien avec le truquage d'appels d'offres pour des contrats de la Ville de Gatineau.

En janvier, un ex-cadre Dessau, Dave Boulay, avait écopé d'une peine de détention de six mois à domicile après avoir enregistré un plaidoyer de culpabilité.

Anciennement directeur et vice-président adjoint de la région de l'Outaouais pour la firme, ce dernier avait admis avoir participé à un stratagème de trucage des appels d'offres entre 2006 et 2008, ce qui a permis à plusieurs entreprises de se partager des contrats.