BIEN-ÊTRE
19/02/2019 08:23 EST | Actualisé 19/02/2019 12:27 EST

Karl Lagerfeld laisse le monde de la mode orphelin... tout comme son chat

Le couturier avait déclaré récemment que Choupette était l'une de ses héritières officielles.

Le célèbre créateur de mode Karl Lagerfeld est mort ce 19 février 2019 à l'âge de 85 ans. Il laisse le monde de la mode orphelin, tout comme son animal de compagnie devenu star: Choupette.

"Elle est irrésistible", commentait le Kaiser sur le plateau de l'émission "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel le 24 février 2015. Interrogé par l'animateur sur la place que prenait ce chat aux poils longs dans sa vie, il avait expliqué: "Elle a sa propre petite fortune, c'est une héritière. S'il m'arrive quelque chose, la personne qui s'occupera d'elle ne sera pas dans la misère. Les pubs qu'elle a fait, l'argent je ne le prends pas, c'est mis exprès pour elle. Choupette est une fille riche."

Le couturier emblématique de la maison Chanel avait aussi confirmé plus récemment qu'il avait bien désigné Choupette comme héritière officielle, "entre autres". "Rassurez-vous, il y en a assez pour tout le monde", plaisantait-il dans une entrevue au magazine Numero publié le 10 avril 2018. Et lorsque le journaliste soulevait qu'il est interdit en France de léguer quoi que ce soit à un animal, Karl Lagerfeld répondait: "Ça tombe bien, parce que je ne suis pas français."

Adoptée en 2011 après que le mannequin Baptiste Giabiconi lui ait laissée en pension pour quelques jours, Choupette est devenue la muse de Karl Lagerfeld. Depuis 2013, le créateur avait imaginé plusieurs collections capsule en l'honneur de sa chatte. Égérie de nombreuses campagnes publicitaires et à la tête d'un compte Instagram de plus de 100 000 abonnés, elle aurait "gagné" 3 millions d'euros rien qu'en 2014.

"Elle est le centre de mon monde. C'est une sorte de Greta Garbo. Elle a quelque chose d'inoubliable, dans sa façon de se mouvoir. Elle inspire par son élégance et son attitude", disait Karl Lagerfeld au sujet de l'animal aujourd'hui orphelin.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À voir également: