DIVERTISSEMENT
19/02/2019 22:44 EST | Actualisé 19/02/2019 22:44 EST

«District 31», le bel imprévu de Catherine St-Laurent

«Je suis revenue, revenue et encore revenue, et maintenant, je ne suis pas près de m'en aller...»

Radio-Canada

Catherine St-Laurent est une fille libre. Un, elle ne possède pas de télévision (comique pour l'une des comédiennes de séries télé de l'heure) et deux, son mantra est : un jour à la fois. La Noélie St-Hilaire de District 31 cultive la pensée positive tout en faisant un métier incertain, mais ô combien gratifiant, la menant d'un plateau de tournage à l'autre, comme autant d'endroits magiques où elle se sent le mieux au monde.

District 31, ce bel imprévu

On l'a vu à la télé dans la troisième saison de Blue Moon, dans Cheval-Serpent et dans Jérémie et au cinéma dans Tu dors Nicole et Bon Cop Bad Cop 2. C'est depuis qu'elle tient le rôle de Noélie dans la série phénomène District 31 pourtant, que Catherine St-Laurent se fait reconnaître par la majorité du grand public.

«Tout cela est un peu arrivé par surprise et par un concours de circonstances, affirme celle qui connaissait déjà l'auteur Luc Dionne et son équipe pour avoir travaillé avec eux sur Blue Moon 3 et Cheval-Serpent. Au départ, j'allais seulement faire un épisode dans le rôle d'une patrouilleuse, mais lorsque je suis venue sur le plateau et que Luc Dionne et la production ont su que c'était moi qui allais tenir ce rôle, ils m'ont dit : ''Attends, on va te garder dans l'émission, on va t'écrire quelque chose''.»

«Le principe de la quotidienne étant de voir arriver et partir des personnages, revenir ou pas, je suis revenue, revenue et encore revenue et maintenant, je ne suis pas près de m'en aller, ajoute-elle en riant. Là où on en est en ce moment, mon personnage est vraiment intégré dans l'équipe.»

Radio-Canada

Lorsqu'on essaie d'en savoir un peu plus sur ce qui se plane pour Noémie (une histoire d'amour avec Patrick peut-être?), on se heurte à un «je ne peux rien dire» sympathique, mais ferme. Tout ce que la comédienne peut confirmer, c'est qu'elle est là «pour un petit moment». «Petit étant relatif», ajoute-t-elle en riant.

«C'est le fun de faire partie de ce phénomène-là, du show le plus regardé au Québec et d'entrer dans une équipe qui est très solide. Les comédiens sont là depuis trois ans, c'est un rythme de travail qui est très intense, c'est huit mois par année, c'est donc une aventure dans laquelle tu décides de plonger ou pas, car tu te dis : ''Attache ta tuque, ça va brasser''.»

Elle affirme avoir vécu un processus fort semblable à celui de Noélie, qui est arrivée en tant que patrouilleuse, est devenue agent-enquêteur et qui, tranquillement, s'est intégrée à l'équipe en ne sachant pas trop ce qui allait se passer. «J'ai vécu exactement la même chose en arrivant un peu comme ça et en trouvant ça assez le fun pour rester. On a des parcours parallèles dans la fiction et dans la réalité.»

Une passion du cinéma et de belles amies actrices

Âgée de 28 ans et originaire de Québec, Catherine St-Laurent a d'abord étudié en danse contemporaine à Québec, puis à Montréal. « J'ai fait beaucoup de danse dans ma vie, mais je me suis rendue compte que je n'avais pas l'extrême passion pour la danse que celle que je voyais chez les danseurs autour de moi. Et puis j'avais déjà cette idée d'aller dans une école de théâtre qui me trottait dans la tête.»

C'est encore une fois un peu par hasard qu'elle plonge dans le monde du jeu. Membre d'une agence de mannequins lorsqu'elle était plus jeune, elle tourne une pub pour la télé et se fait remarquer. Elle prend des cours de jeu caméra après avoir terminé son école de danse et se présente aux auditions ouvertes pour le film Tu dors Nicole. Car au départ, ce sont des non-acteurs que le réalisateur souhaitait voir dans son film.

Radio-Canada

Elle est finalement la seule non-actrice de cette époque à être choisie pour prendre part au film... qui l'a menée jusqu'à Cannes! Presque au même moment, on l'accepte au Conservatoire d'art dramatique.

«J'ai toujours été passionnée du cinéma, même quand j'étais très jeune, dit-elle. C'est toujours une idée qui m'était restée en tête. C'est vraiment en déménageant à Montréal et en côtoyant des danseurs et des acteurs qu'on m'a parlé des écoles, et j'ai su où aller pour apprendre ce métier. En gravitant autour d'artistes, j'ai compris que c'était vraiment ce que je devais faire. Ça rejoignait mon amour du cinéma que j'avais depuis toujours.»

Celle qui voit dans les auditions des opportunités de travail confie que c'est la vie sur les plateaux de tournage qui l'allume le plus dans son métier. «La magie qui se passe quand on entend ''3, 2, 1, Action!'' L'espèce de fourmilière et la folie qui suit le silence complet. C'est un rythme dans lequel je me plais. C'est l'endroit où je me sens le plus à ma place.»

Son rêve? Se retrouver sur un plateau avec son groupe de précieuses amies comédiennes, dont Sarah-Jeanne Labrosse, Julianne Côté, Juliette Gosselin et Virginie Ranger-Beauregard. Des amies de quelques années, dont plusieurs rencontrées lors du tournage de la série Switch & Bitch, avec qui s'est créée une chimie incroyable.

«On est devenues des inséparables et si je ne les avais pas, je ne serais pas là, avoue-t-elle franchement. On est vraiment une gang de filles et de femmes fortes qui se serrent les coudes et qui se supportent. On s'aime, on se conseille, on se parle de nos projets et on s'inspire toutes mutuellement. On a cette distance-là par rapport au métier qui fait qu'on est capables de s'en parler sans jalousie et sans animosité. Ça me prend cela. C'est comme mon ancre, mon pilier, mes femmes fortes.»

District 31 est diffusée du lundi au jeudi à 19h, sur les ondes d'ICI Télé.

À voir également :