NOUVELLES
19/02/2019 06:51 EST | Actualisé 19/02/2019 09:38 EST

Bernie Sanders se lance dans la course en vue de l'élection présidentielle de 2020

Il brigue la nomination démocrate.

WASHINGTON - Le sénateur américain Bernie Sanders, candidat malheureux à la primaire démocrate de 2016 face à Hillary Clinton, a annoncé mardi sa candidature à la présidentielle 2020.

Bernie Sanders, 77 ans, a fait son annonce lors d'un entretien avec une radio du Vermont, État dont il est élu. "Je voulais d'abord en informer les habitants du Vermont", a-t-il expliqué sur la radio publique de cet État du nord-est des États-Unis.

"Ce que je promets, en faisant le tour du pays, est de porter les valeurs dont nous sommes tous fiers dans le Vermont - la croyance dans la justice, dans la communauté, dans la politique au niveau de la base, dans les réunions publiques", a-t-il affirmé.

Au cours de cet entretien, il s'en est également pris au président Donald Trump.

C'est un raciste, un sexiste, un homophobe, un xénophobe, quelqu'un qui grappille des gains politiques à bon marché en tentant de s'en prendre aux minorités, souvent des immigrants sans papiers.Bernie Sanders au sujet de Trump

Lorsqu'il s'était présenté aux primaires en 2016, Bernie Sanders faisait figure "d'outsider", avant de tenir la dragée haute à Hillary Clinton. Celle-ci l'avait emporté, avant d'être battue par Donald Trump.

Lors de cette campagne des primaires, Bernie Sanders, qui se présente comme un "démocrate socialiste" avait défendu l'idée d'une couverture de santé universelle, d'une université publique gratuite et d'un salaire minimum à 15 dollars.

Bernie Sanders, qui demeure populaire au sein des démocrates, a été élu à la Chambre des représentants de 1990 à 2006, avant de devenir sénateur. Il a été confortablement réélu en novembre dernier.

Une dizaine de démocrates se sont déjà lancés dans la course à la présidentielle américaine de 2020. La candidature de Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama, est également attendue.

Chaude lutte chez les démocrates

Bernie Sanders pourrait être bien placé pour participer à la première primaire du pays dans le New Hampshire, un État voisin qu'il a remporté par 22 points en 2016. Mais cet État ne lui est pas acquis d'avance.

La sénatrice Kamala Harris de la Californie, une autre candidate démocrate à la présidence, était dans le New Hampshire lundi et a annoncé qu'elle y sera candidate. Elle a également semblé décocher une flèche à M. Sanders.

"Les gens du New Hampshire me diront ce qui est nécessaire pour faire concurrence dans le New Hampshire, a-t-elle déclaré à des acheteurs dans une librairie de Concord. Mais je vais vous dire que je ne suis pas une socialiste démocrate."

La sénatrice Elizabeth Warren, du Massachusetts voisin, sera dans le New Hampshire vendredi.

L'une des plus grandes questions entourant la candidature de M. Sanders est de savoir comment il va rivaliser avec quelqu'un comme Mme Warren, qui partage nombre de ses objectifs politiques. Mme Warren a déjà lancé sa campagne et a prévu une tournée agressive des premiers États primaires.

Peu de temps après l'annonce de la formation de son comité exploratoire, Mme Warren a embauché Brendan Summers, qui a dirigé la campagne Sanders dans l'Iowa en 2016. D'autres membres du personnel de la première campagne de M. Sanders ont également déclaré qu'ils envisageraient de travailler pour d'autres candidats en 2020.

À VOIR ÉGALEMENT: Bloomberg songe à se lancer dans la course

Parmi les candidats sur le terrain, on en trouve certains qui seront probablement très attrayants pour la base démocrate, notamment Mme Harris et les sénateurs Cory Booker du New Jersey, Amy Klobuchar du Minnesota et Kirsten Gillibrand de New York. Et tous n'ont pas dit leur dernier mot: l'ancien maire de New York Michael Bloomberg et l'ancien représentant du Texas Beto O'Rourke pourraient encore se lancer.

M. Sanders travaillait depuis des mois à préparer le terrain pour une deuxième campagne, mais il ne savait pas s'il serait capable d'étendre son appel au-delà de sa base de partisans en grande partie blanche. En 2016, M. Sanders a notamment eu du mal à gagner le soutien des électeurs noirs, un problème qui pourrait devenir particulièrement omniprésent lors d'une course primaire pouvant inclure plusieurs candidats non blancs.

En 2016, M. Sanders a perdu la primaire de Caroline du Sud, qui compte un électorat très noir, par 47 points.

Avec des informations de l'Associated Press.