BIEN-ÊTRE
18/02/2019 15:11 EST | Actualisé 18/02/2019 15:12 EST

Se faire des «toasts» nuit à la qualité de l'air, mais ne paniquons pas

Plusieurs tâches ménagères de base nuisent à la qualité de l'air de nos maisons, rapporte une étude.

PeopleImages via Getty Images

Les tâches ménagères comme la cuisson et l'entretien nuisent à la qualité de l'air de nos maisons, affirme une étude américaine baptisée HOMEChem, mais une experte indépendante croit qu'il n'y a pas lieu de trop s'alarmer.

Faire bouillir de l'eau au-dessus d'une flamme augmenterait les niveaux de polluants atmosphériques gazeux et de particules en suspension. Préparer des rôties le matin enverrait aussi des particules dans l'air. Et des produits comme le shampoing, le parfum et les nettoyants seraient des sources de composés organiques volatils.

Les chercheurs de l'Université du Colorado ont beau prétendre que la qualité de l'air à l'intérieur de nos maisons est comparable à celle d'une grande ville polluée, il ne faut probablement pas y voir une excuse pour manger exclusivement au restaurant ou cesser de laver le plancher.

Si on entre quelque part et que ça sent la cuisson, c'est certain qu'il y a des particules dans l'air. Mais est-ce que notre vie est en danger? Non.Caroline Duchaine, Université Laval

«Faire des rôties, ça fait des particules, c'est sûr, c'est de la cuisson, a expliqué la professeure Caroline Duchaine, une experte de l'Université Laval qui étudie les bioaérosols et leurs effets sur la santé respiratoire des humains exposés. Cela étant dit, c'est une question de ventilation et de changement d'air des maisons. Si on entre quelque part et que ça sent la cuisson, c'est certain qu'il y a des particules dans l'air. Mais est-ce que notre vie est en danger? Non.»

Et quand exposition il y aura, ce sera habituellement sur du court terme, poursuit-elle. Les maisons ont un taux de changement d'air naturel et si la maison est bien ventilée, les particules s'en vont, «mais c'est toujours une question de dose».

«Quelqu'un qui se fait cuire des rôties huit fois par jour, c'est quand même moins que fumer dans la maison, en termes de particules, a-t-elle dit. Mais ça pourra être différent au niveau du cumul d'exposition: j'ai une vieille voiture, j'habite proche d'une autoroute... Ce sont des facteurs de risque (...) un million de fois (pires) que de se faire des rôties.»

Du feu de foyer aux désodorisants branchés

Les sources d'émissions de particules sont multiples à l'intérieur d'une maison, des petits électroménagers jusqu'aux feux de foyer en passant par les désodorisants que l'on branche dans une prise de courant. Même l'odeur qui émane d'une imprimante au laser démontre qu'elle dégage aussi des particules, et des chercheurs australiens suggèrent de toujours l'installer dans un endroit plus aéré et jamais dans une pièce fermée comme un bureau.

«Moi, tous les trucs branchés, jamais je ne mettrais ça dans ma maison, a confié Mme Duchaine. Par contre, quand je soupe, je mets quand même des chandelles sur la table, ça ne me dérange pas et à date tout va bien.»

Les conséquences pour la santé d'une exposition à ces particules sont bien connues. En termes de pollution atmosphérique, on évoque souvent les particules PM2.5, à savoir des particules dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns (un micron équivalant à un millionième de mètre).

«Quand on parle de la combustion, on tombe de l'ordre du nanomètre (NDLR, un milliardième de mètre), a expliqué la chercheuse. (Ces particules) se comportent ni plus ni moins que comme des gaz. Ce sont des particules ultrafines qui vont entrer dans la circulation sanguine (...) et induire des réactions inflammatoires.»

LIRE AUSSI:

» Traitement miracle? Posez ces deux questions

» TDAH: les pédiatres mettent en garde contre les jeux vidéo

» Le tiers du panier d'épicerie québécois formé de produits ultra-transformés

Les recherches de la professeure Duchaine ont porté, il y a quelques années, sur les aspirateurs, et elle a constaté que certains modèles, au moment du démarrage, émettaient des concentrations de particules comparables à un moteur diesel.

«Les particules provenaient probablement des composantes en plastique qui tournent et qui frottent et qui s'usent, mais aussi du contenu biologique du sac, a-t-elle expliqué. Donc j'ai trouvé des bactéries et des moisissures dans l'air, juste à faire rouler le moteur, sans bouger l'aspirateur. Donc avec un modèle qui coûte un peu plus cher, on a des composantes qui émettent moins de particules au niveau de la friction du moteur, le moteur chauffe moins, et aussi un sac plus étanche.»

Voir aussi: