POLITIQUE
18/02/2019 18:29 EST | Actualisé 19/02/2019 09:36 EST

Armes: Audette parle de sa tentative de suicide pour un meilleur contrôle

Un touchant témoignage devant le sénat.

PC/David Lipnowski
Michèle Audette

OTTAWA — La disponibilité des armes à feu contribue au fléau du suicide dans les communautés autochtones, a témoigné Michèle Audette en comité sénatorial, lundi. Et elle a dit aux sénateurs qu'elle était bien placée pour le savoir, étant passée à un cheveu d'en retourner une contre elle.

La commissaire de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a offert à titre personnel un touchant témoignage devant le comité sénatorial de la sécurité nationale et de la défense, qui étudie le projet de loi C-71.

«Si je suis ici aujourd'hui, devant vous, à plaider pour le contrôle des armes à feu, c'est seulement parce que ma dernière tentative n'a pas porté les fruits espérés à l'époque», a-t-elle témoigné dans la salle de comité.

J'avais pris une montagne de pilules, j'avais bu. Et, chose qui ne s'était pas produite lors de mes deux premières tentatives: j'étais allée chercher le fusil décidée à l'utiliser.Michèle Audette

«Qu'est-ce qui m'a sauvée? Le cocktail de substances que j'avais prises m'a fait sombrer dans un coma et m'a empêchée de me rendre jusqu'à l'utilisation de l'arme que je tenais dans les mains, toute prête à la retourner contre moi», a-t-elle laissé tomber.

Selon la militante des droits des femmes autochtones, la disponibilité des armes à feu dans les communautés, dont l'usage y est «répandu», permet «de respecter nos droits ancestraux au niveau de la chasse, certes».

Mais le fait qu'autant d'armes circulent contribue au suicide et «permet la commission d'actes d'une violence inouïe dans nos communautés», surtout compte tenu de la prévalence des cas de violence conjugale et familiale, «une réalité quotidienne pour trop de femmes autochtones».

Et si l'on ajoute à cela la présence des armes à feu, «on a entre les mains tous les outils nécessaires pour nous décimer, nous, les femmes autochtones», a illustré Mme Audette pendant sa comparution.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Le projet de loi C-71 a été déposé par le gouvernement libéral en mars dernier. Les conservateurs y sont farouchement opposés, entre autres parce qu'ils accusent les libéraux de vouloir réinstaurer un registre «par la porte d'en arrière» avec les mesures contenues dans le projet de loi.

Celui-ci oblige les marchands d'armes à conserver pendant au moins 20 ans les données sur les armes à feu sans restriction, et resserre les vérifications de sécurité menées pour déterminer si un acheteur est admissible à un permis d'armes à feu, entre autres.

En décembre dernier, des représentants de groupes qui militent pour un meilleur contrôle des armes sont venus à Ottawa afin d'exhorter les sénateurs à tout faire afin que C-71 soit adopté avant les élections d'octobre prochain.