POLITIQUE
13/02/2019 15:22 EST | Actualisé 13/02/2019 19:33 EST

Québec offre 17 M$ pour les Jeux de la Francophonie

Mais Ottawa estime que ça manque de sérieux.

Les ministres Nadine Girault et Isabelle Charest.
PC/Jacques Boissinot
Les ministres Nadine Girault et Isabelle Charest.

QUÉBEC — Ottawa exhorte le gouvernement du Québec à augmenter sa participation de 17 millions $ annoncés mercredi pour d'éventuels Jeux de la Francophonie à Sherbrooke en 2021.

Le gouvernement fédéral a ainsi déploré par écrit le "manque de sérieux" de Québec.

"Nous offrons de verser un financement équivalent aux deux autres paliers, dollar pour dollar. Le Québec est membre à part entière de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et il doit faire preuve de sérieux. Malheureusement, si les contributions des autres paliers ne sont pas à la hauteur des ambitions, on risque de rater une belle opportunité pour Sherbrooke, pour le Québec et pour le Canada de faire rayonner les francophones ici et à travers le monde", a fait valoir Jérémy Ghio, attaché de presse de la ministre fédérale de la Francophonie, Mélanie Joly.

Plus tôt mercredi, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, Nadine Girault, a affirmé que le gouvernement Legault s'engageait à verser 17 millions $ à Sherbrooke pour d'éventuels Jeux de la Francophonie en 2021, refilant ainsi la plus large part de l'addition au fédéral.

La ministre a fait cette annonce en point de presse au terme de la séance du conseil des ministres à Québec. La Ville de Sherbrooke y voit "un pas en avant" dans le cheminement de sa candidature.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

La facture totale est estimée à plus de 80 millions $ selon certains scénarios, donc il reviendrait au gouvernement fédéral d'éponger le solde restant. Pour sa part, la Ville de Sherbrooke se dit prête à contribuer à hauteur de 5,5 millions $.

La balle est "dans le camp du fédéral", indiquait mercredi en fin de journée une source proche du dossier. Elle a laissé entendre qu'un scénario dans lequel Ottawa avancerait une somme égale au Québec, soit 17 millions $, signifierait la mort du projet, puisque ce serait largement insuffisant.

Sherbrooke avait estimé l'addition à 74 millions $, à laquelle s'ajouteraient toutefois des coûts supplémentaires en sécurité, a rappelé cette source.

Le Québec veut obtenir de l'OIF le cahier de charges précis des Jeux, pour savoir à quoi s'en tenir.

Sherbrooke est sur les rangs pour obtenir les Jeux, après le désistement de Moncton et Dieppe. Le Nouveau-Brunswick s'est en effet retiré en raison de l'explosion des coûts. Ils étaient passés à 130 millions $ avant d'être revus à 62 millions $.

Mme Girault a expliqué que la barre avait été fixée à 17 millions $ par le gouvernement Legault, parce que cela correspond à ce que le précédent gouvernement Couillard s'était engagé à verser quand Sherbrooke avait présenté pour la première fois sa candidature il y a cinq ans.

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, a réagi positivement à l'annonce du gouvernement Legault, mais avec prudence. Dans un point de presse mercredi après-midi, il a déclaré que "c'est un pas en avant", mais que l'échéancier était court et que Québec et Ottawa devaient négocier cette semaine.

"On regardera la suite", a-t-il commenté, en précisant qu'il allait faire le point la semaine prochaine.

Les pourparlers entre Québec et Ottawa pourraient avoir lieu dans les deux prochaines semaines, a tenu à préciser notre source.

Un comité de l'OIF doit par ailleurs se réunir à Paris jeudi concernant les Jeux.