NOUVELLES
12/02/2019 11:06 EST | Actualisé 12/02/2019 15:14 EST

Père arrêté devant des enfants: une nouvelle vidéo montre le début de l'intervention

L'attitude des policiers qualifiée de «hautaine» envers l'homme et sa fille de 9 ans.

Khalil Abouabdelmajid, un résident de Montréal, a été arrêté devant sa fille au Café Zoha alors que s'y déroulait une fête d'enfants. Il dit être victime d'une erreur sur l'identité.
HuffPost Quebec
Khalil Abouabdelmajid, un résident de Montréal, a été arrêté devant sa fille au Café Zoha alors que s'y déroulait une fête d'enfants. Il dit être victime d'une erreur sur l'identité.

Une nouvelle vidéo de l'arrestation d'un père devant une fête d'enfants montre le début de l'intervention qui a fait le tour d'internet, lundi. Et un quatrième témoin dénonce l'attitude des policiers envers l'homme, mais aussi envers la petite Zayane.

Lundi, une première vidéo de l'intervention a fait surface. On y voit des policiers avec Khalil Abouabdelmajid, qui utilise le nom d'artiste Khalil De Bambara, les mains dans le dos. Son amie Jennifer Grout est aussi menottée par terre.

Selon les deux individus ainsi que deux autres témoins, l'affaire découlerait d'une erreur sur l'identité.

Mardi matin, la vidéo avait été partagée près de 2000 fois sur Facebook et vue par plus de 200 000 usagers.

M. Abouabdelmajid a diffusé, mardi, les images d'une caméra de sécurité du Zoha Café, où l'intervention a débuté. On y voit des parents avec des enfants en très bas âge, puis des policiers qui entrent interroger une fillette portant un manteau mauve.

M. Abouabdelmajid apparaît plus tard, dans un manteau brun. Il montre le contenu de son sac pendant qu'il parle aux policiers. Puis, ceux-ci amènent sa fille de côté. Ils sortent ensuite avec M. Abouabdelmajid.

«Pour tous ceux qui ne m'ont pas cru. Qui me traitent de menteur. Qui disent que j'ai mal réagi avec la police. Voici presque 7 minutes de video à l'intérieur du Café Zoha qui démontrent que je n'ai pas bousculé la police et que je n'ai que coopéré avec eux», souligne-t-il.

Comme nous le rapportions lundi, les policiers cherchaient un père avec un manteau vert qui aurait frappé une fillette de 4 ans. Le manteau de M. Abouabdelmajid était brun, et sa fille a 9 ans.

Fillette «interrogée comme une adulte»

M. Abouabdelmajid déplore l'attitude des policiers envers sa fille. Tout comme la propriétaire du Café Zoha, Fatma Ferkous, qui affirme que ceux-ci ont manqué de «tact», alors qu'ils se trouvaient au milieu d'une fête pour un enfant de 1 an.

Une autre témoin de l'événement, Fanny De Souza, estime que les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont manqué de doigté dans cette affaire.

À LIRE AUSSI:

SPVM: une arrestation devant des enfants devient virale

Les parents d'Alexandre Bissonnette jugent sa peine «très sévère»

Des Mexicains «sauvés de l'esclavage» en Ontario

«Quand le second policier est entré, il a insisté pour parler à la fille. Il a fait fi du fait que c'était plein d'enfants dans le café. Il a fait fi du fait qu'il parlait à une fille de 9 ans. Il l'a interrogée comme une adulte», raconte-t-elle en entrevue au HuffPost Québec.

Mme De Souza dit qu'elle a tenté, dès le début, d'expliquer aux policiers qu'ils se trompaient de victime. Elle estime que l'attitude de ce policier était très «hautaine» à l'égard des personnes présentes, y compris la petite Zayane.

«Je n'ai pas compris la lourdeur de l'intervention», dit-elle.

Selon M. Abouabdelmajid, d'autres agents se sont moqués du nom de sa fille.

«Le pire, c'est qu'il y a un homme qui a frappé une enfant et qui se tire d'affaires, alors qu'ils ont passé une heure avec des gens qui n'ont rien fait!»- Fanny De Souza

Devoir de dédramatiser, selon un ex-policier

Selon le policier à la retraite François Doré, qui cumule 33 ans d'expérience à la Sûreté du Québec et Interpol, les interventions auprès des enfants ou devant des enfants nécessitent beaucoup de doigté.

«En présence d'enfants, il faut toujours dédramatiser la chose. Il y en a qui ont peur. Il y en a qui n'aiment pas la police, pour différentes raisons. Il faut agir avec respect. C'est vraiment le gros bon sens», dit-il en entrevue au HuffPost.

«Si tu veux parler à quelqu'un, enfant ou pas, tu t'arranges pour ne pas faire ça devant un paquet d'autres enfants», ajoute-t-il.

M. Doré ne peut toutefois se prononcer sur de possibles manquements déontologiques de la part des policiers. Entre autres parce que les vidéos, même prises ensemble, ne montrent pas l'entièreté de l'intervention.

«Est-ce qu'on y a été plus fort qu'on aurait dû? Est-ce que les policiers ont manqué de civisme ou de politesse? Est-ce que c'était la force nécessaire pour se rendre maître de la situation? C'est toujours ça la maudite question», lance-t-il.

L'affaire est toujours sous analyse par le gestionnaire du poste de quartier du SPVM.

Une version précédente du texte référait à M. Abouabdelmajid uniquement par son nom d'artiste, Khalil De Bambara. Son véritable nom de famille a été ajouté pour éviter la confusion.