POLITIQUE
12/02/2019 19:23 EST | Actualisé 12/02/2019 19:56 EST

Cannabis: Flammèches à la consultation pour hausser l'âge légal

Seulement 2% des clients de la SQDC sont âgés entre 18 et 20 ans a révélé le ministre Carmant.

Mature cannabis plants are shown in Fenwick, Ont., on Tuesday, June 26, 2018. THE CANADIAN PRESS
PC/Tijana Martin
Mature cannabis plants are shown in Fenwick, Ont., on Tuesday, June 26, 2018. THE CANADIAN PRESS

QUÉBEC — Seulement deux pour cent des clients de la Société québécoise du cannabis (SQDC) sont âgés de 18 à 20 ans, et 10 pour cent ont entre 18 et 24 ans, a révélé mardi le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant.

Au premier jour des consultations publiques sur le projet de loi visant à faire passer de 18 à 21 ans l'âge légal pour consommer du cannabis, le ministre Carmant a tenu à "déboulonner" certains mythes "tenaces".

Par exemple, selon lui, il est faux de prétendre que le gouvernement livrera les jeunes au crime organisé s'il rehausse l'âge légal à 21 ans.

Il est également faux, selon le ministre, de prétendre que la drogue vendue à la SQDC est "sans danger". Sa concentration de THC peut atteindre plus de 20 pour cent.

À une telle concentration, le produit augmente de manière spectaculaire les risques de psychose, un dérèglement physiologique qui peut conduire à la schizophrénie.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Le législateur a donc le "devoir" de retarder le plus possible l'âge d'initiation au cannabis, a-t-il soutenu, bien campé dans sa position.

M. Carmant s'est aussitôt buté au porte-parole libéral en matière de santé, André Fortin, qui, dans ses remarques préliminaires, a qualifié la consultation de "frime" et de "bâillonnement".

Les deux hommes ont croisé le fer et causé des flammèches, M. Fortin dénonçant le fait que le gouvernement a refusé que certains groupes participent aux consultations publiques.

Ce qu'on amorce aujourd'hui, c'est un exercice bidon, une frime, un bâillonnement des groupes qui veulent s'exprimer. Cette consultation-là elle est fausse, elle est limitative et c'est un exercice de relations publiques.André Fortin

"Les libéraux ont retardé le processus", a rétorqué le ministre, qui se dit disposé "à prendre en considération tout moyen qui nous sera proposé qui pourrait (...) tenir nos jeunes loin du THC".

Ils se sont accusés mutuellement de nuire à l'étude du projet de loi, plusieurs groupes s'étant désistés lundi, faute de temps pour se préparer.

Pour sa part, le député péquiste Sylvain Gaudreault a dénoncé le manque de cohérence du gouvernement. Pourquoi ne pas arrimer l'âge légal pour consommer du cannabis à l'âge de la majorité et à celui pour consommer de l'alcool, s'est-il demandé.

Sol Zanetti, député de Québec solidaire, a renchéri en disant que le projet de loi du gouvernement caquiste était tout simplement "infantilisant". Les jeunes "ont un cerveau" et sont capables de réfléchir et faire des choix, a-t-il signifié.

Les centres de désintoxication Portage ont quant à eux fait savoir qu'ils accueillaient, bon an mal an, 500 adolescents de 14 à 18 ans.

De ce nombre, 88 pour cent ont des problèmes de dépendance au cannabis, selon le vice-président, opérations et administration, Marc Berwald, qui appuie le gouvernement dans sa démarche.

Nous sommes confrontés quotidiennement aux impacts dévastateurs de l'utilisation abusive du cannabis,Marc Berwald

De son côté, la Fédération étudiante collégiale du Québec a plaidé pour que l'âge légal soit maintenu à 18 ans.

Rappelons que le projet de loi 2 inclut deux grandes mesures, soit le rehaussement de l'âge légal pour posséder du cannabis à 21 ans et l'interdiction de fumer la substance dans l'espace public.

Le gouvernement dit vouloir corriger l'impression que le cannabis est une substance récréative inoffensive et protéger davantage les jeunes de 12 à 24 ans contre les méfaits du produit.

Les consultations se poursuivent mercredi. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, l'Institut national de santé publique du Québec, l'Association québécoise des programmes pour premiers épisodes psychotiques ainsi que la Ville de Gatineau sont attendus.