DIVERTISSEMENT
07/02/2019 11:40 EST | Actualisé 07/02/2019 11:40 EST

Super Bowl: Louis Morissette répond aux critiques sur son engagement environnemental

«Faudrait que je passe le reste de ma vie en dedans de 25 km de ma maison?»

Instagram/zemorissette

Louis Morissette a fait une apparition des plus remarquées au 53e Super Bowl, dimanche dernier. Celui qui portait fièrement son chandail de Tom Brady était visiblement aux anges à la suite de la victoire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Certains internautes ont toutefois vu dans cette petite virée à Atlanta du producteur et comédien une forte contradiction avec les engagements pris par ce dernier et plusieurs personnes du milieu artistique québécois l'automne dernier, lorsqu'ils ont signé massivement le fameux Pacte pour la transition initié par Dominique Champagne.

Louis Morissette a répliqué à ces attaques par l'entremise de son compte Twitter en soulignant que ses engagements ne l'obligeaient pas à demeurer dans un périmètre de 25 kilomètres de son domicile pour le restant de ses jours.

Il a également martelé que les individus qui le critiquent à cet égard ne connaissent rien des gestes qu'il pose au quotidien pour tenter de faire une différence et être digne du bout de carton qu'il a signé en novembre 2018.

À la suite de la réponse de Louis Morissette, l'un des internautes a présenté ses excuses, soulignant qu'il ne connaissait effectivement pas la vie de l'artiste dans ses moindres détails, mais qu'il trouvait néanmoins le tout contradictoire.

En novembre dernier, Véronique Cloutier avait également répliqué publiquement aux critiques similaires de Fred St-Gelais sur le Pacte pour la transition.

«On se fait attaquer et basher et c'était beaucoup plus facile de rester à la maison et passer en dessous du radar, avait lancé la principale intéressée. On s'affiche en disant: ''On veut faire plus, on veut faire mieux''. Ça ne veut pas dire devenir extrémiste, mais c'est un élan qu'on veut se donner collectivement, à la mesure de nos capacités et de nos réalités.»

À voir également :