POLITIQUE
06/02/2019 18:00 EST | Actualisé 07/02/2019 12:28 EST

Harcèlement: Giuliana Fumagalli de retour auprès de ses employés

La mairesse d’arrondissement est suivie par un «accompagnateur» jusqu’à la fin de l’enquête du contrôleur général.

Giuliana Fumagalli.
Olivier Robichaud
Giuliana Fumagalli.

La mairesse d'arrondissement Giuliana Fumagalli, accusée de harcèlement psychologique auprès de ses employés, a réintégré les bureaux d'arrondissement. Elle est toujours accompagnée dans ses fonctions.

Mme Fumagalli, mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc Extension, est suivie de près depuis que des plaintes ont été déposées contre elle par une poignée d'employés. Un processus de médiation a été mis sur pied pour au moins une des plaignantes.

Mme Fumagalli a ensuite été expulsée du caucus de Projet Montréal pour non respect du processus de médiation. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, lui a alors interdit de travailler dans les bureaux d'arrondissement ou de contacter ses employés.

Une enquête a été demandée auprès du contrôleur général.

Selon le porte-parole de la Ville de Montréal, Gonzalo Nunez, Mme Fumagalli travaille de nouveau à partir des bureaux d'arrondissement depuis le mois d'octobre. À cette date, le contrôleur général a émis un rapport d'étape recommandant que Mme Fumagalli soit suivie par un accompagnateur, mais aucune mention n'était faite concernant son retour dans ses bureaux.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Les questions du HuffPost Québec à ce sujet sont restées sans réponses jusqu'à la fin du mois de janvier.

Rappelons que plusieurs employés du personnel politique ont quitté leurs fonctions dans les mois qui ont suivi l'élection de Giuliana Fumagalli, en novembre 2017. Celle-ci vient d'ailleurs d'embaucher une quatrième chef de cabinet et le poste d'attaché politique demeure vacant après deux départs.

Rencontrée mardi lors de la séance publique du conseil d'arrondissement, Mme Fumagalli a indiqué que «tout se passe bien», avant de rediriger le HuffPost vers sa chef de cabinet pour faire une demande d'entrevue.

«Pourquoi insistez-vous à revenir là-dessus?» a lancé la mairesse mardi.

L'enquête du contrôleur général se poursuit. La Ville n'a pas établi d'échéancier pour la remise de son rapport final.

Correction

Une version précédente du texte indiquait que le cabinet de Mme Fumagalli n'avait pas répondu à la demande d'entrevue du HuffPost. Le cabinet a bel et bien rappelé le journaliste, sans toutefois pouvoir entrer en contact avec lui.