BIEN-ÊTRE
04/02/2019 14:46 EST | Actualisé 04/02/2019 14:48 EST

L'Université du Québec à Trois-Rivières accueillera le premier profil universitaire «cannabis» au Québec

Les étudiants en biochimie de l'UQTR pourront apprendre entre autres comment créer des produits dérivés du cannabis.

Nastasic via Getty Images

Dès l'automne prochain, l'Université du Québec à Trois-Rivières accueillera sa première cohorte d'étudiants qui deviendront des biochimistes spécialisés en cannabis et autres drogues produites par les plantes.

Ce nouveau profil du baccalauréat en biochimie et biotechnologie, une première au Québec, a été créé pour répondre à la forte demande dans l'industrie de produits dérivés du cannabis, depuis la légalisation de cette drogue, le 17 octobre dernier.

Tout le monde le sait: il y a une pénurie de stock partout au Canada. Et selon le professeur Hugo Germain du Département de chimie, biochimie et physique de l'UQTR, le nombre d'entreprises qui produisent du cannabis va croître considérablement dans les trois prochaines années.

«Les entreprises qui fournissent la Société québécoise du cannabis (SQDC) cherchent de la main-d'oeuvre qualifiée, et il n'y en a pas. Nous voulons donc la créer», a expliqué M. Germain, qui est aussi le responsable du programme, au HuffPost Québec.

LIRE AUSSI:

» La SQDC freine l'expansion de son réseau

» Le pot coûte plus cher depuis la légalisation

» Soulager les symptômes des enfants autistes avec du cannabis

Pour ceux qui choisiront ce profil, ce sont 15 crédits de chimie qui ont été retranchés au baccalauréat d'origine, pour être remplacés par des cours sur les dépendances, les narcotiques et les plantes médicinales, notamment. Certains cours aborderont donc également la production de morphine et de cocaïne.

«Les étudiants qui suivront cette formation apprendront comment les différents cannabinoïdes - il y en a plus d'une centaine dans un plant - sont produits, poursuit M. Germain. Ils verront aussi comment les extraire, et en contrôler la qualité.»

Ce ne seront donc pas des spécialistes de la culture du cannabis, mais bien des biochimistes, précise Hugo Germain.

Les diplômés pourront travailler dans la production de produits dérivés, en laboratoire sur le contrôle de qualité ou être embauchés par l'industrie pharmaceutique.

Il est possible de s'inscrire dès maintenant à ce nouveau profil de formation. D'ailleurs, quelques aspirants biochimistes spécialisés en cannabis l'ont déjà fait, lors des journées portes ouvertes de l'université.

À voir aussi: