DIVERTISSEMENT
04/02/2019 10:46 EST | Actualisé 04/02/2019 10:58 EST

Marie-Ève Janvier s'ouvre sur la mort de son frère

«Je n’ai jamais ressenti une peine aussi puissante, si profonde. Une douleur qui m’en levait le coeur...»

Marï Photographe via Facebook/Marie-Ève Janvier

Marie-Ève Janvier a partagé un émouvant message par l'entremise de sa page Facebook, ce lundi 4 février. Un texte dans lequel elle se remémore «la pire journée de sa vie».

Il y a six ans jour pour jour, l'animatrice et sa famille apprenaient que son frère Louis-Philippe ne gagnerait pas son combat contre le cancer, qu'il n'y avait plus d'espoir.

Le cancer avait foudroyé Louis-Philippe Janvier alors qu'il n'était qu'un bébé. Il fut déclaré guéri à l'âge de cinq ans, mais la maladie est revenue dans sa vie deux décennies plus tard.

«Le médecin cherchait ses mots pour nous annoncer, à ma soeur, mes parents, la blonde de mon frère et moi, que le cancer de mon frère avait gagné. Qu'à 26 ans, c'était fini, a-t-elle confié.

Je n'ai jamais ressenti une peine aussi puissante, si profonde. Une douleur qui m'en levait le coeur. On ne disait rien. On ne faisait que se regarder avec nos larmes qui coulaient sur nos joues. Mon frère a été le premier à parler, il a dit : ''c'est correct''.»

Louis-Philippe est décédé trois jours plus tard. Pour ce triste anniversaire, Marie-Ève Janvier a rendu hommage à «son premier ami», mais s'est aussi exprimée sur ce long processus qu'est le deuil, «un mot de cinq lettres qui est difficile à expliquer».

«Les souvenirs sont parfois douloureux, mais c'est particulier comme ils font du bien à la fois», a expliqué la principale intéressée.

«Mon frère, mon premier ami, le gars avec qui je me suis tellement chicané, enfant, le gars avec qui j'en ai viré des solides aussi, le gars le plus fou et le plus drôle que je connaisse, le gars qui ne me jugeait pas, jamais, avec qui je pouvais être moi à 100%, sans filtre, sans réfléchir, le gars qui m'a flatté dans le dos à la mort de notre pépère, le gars que j'ai serré fort quand nos parents se sont séparés, le gars qui n'avait pas de limite, qui rêvait de faire un long voyage... Il est parti. Et je ne comprenais pas pourquoi la terre continuait de tourner.»

La fondation Louis-Philippe Janvier a été mise sur pied par les parents de ce dernier en 1989 et a pour but de venir en aide aux jeunes de 18 à 35 ans atteints du cancer.

À voir également :