POLITIQUE
01/02/2019 11:40 EST | Actualisé 01/02/2019 11:40 EST

«Oui, il y a de l'islamophobie au Québec», affirme Valérie Plante

La mairesse contredit l'affirmation du premier ministre François Legault, selon qui l'islamophobie n'est pas un problème.

Olivier Robichaud

Oui, l'islamophobie existe bel et bien au Québec et les politiciens doivent poser des gestes pour régler le problème. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, se prononce ainsi au lendemain de commentaires controversés du premier ministre, qui nie l'existence du phénomène.

Jeudi, le premier ministre François Legault affirmait qu'il n'y avait pas d'islamophobie au Québec, deux jours après l'anniversaire de la tuerie à la mosquée de Québec. Valérie Plante a une tout autre lecture de la situation.

«Des gestes islamophobes, il y en a au Québec. Il ne faut pas oublier qu'il y a deux ans, des hommes sont morts alors qu'ils exerçaient leurs droits, qu'ils priaient dans une mosquée. Est-ce que c'est ce qui définit le peuple québécois? Non. Mais il y a de l'islamophobie et il faut pouvoir le nommer et poser des gestes», a-t-elle dit en marge d'une conférence de presse sur l'avenir du Silo No 5, dans le Vieux-Montréal.

Le 29 janvier, Mme Plante a d'ailleurs participé à la commémoration montréalaise de la tuerie survenue deux ans plus tôt.

M. Legault, également présent aux commémorations, mais à Québec, a soulevé la colère de la communauté musulmane avec ses commentaires. Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) l'exhorte à se rétracter.

La Presse Canadienne
Le premier ministre du Québec devant un très grand drapeau lors de la mise à jour économique de la province, le 3 décembre 2018.

L'ex-ministre libéral Gaétan Barrette s'est aussi mêlé du débat.

«Il y a des gens, sans aucun doute, qui le sont (islamophobes), alors de faire une affirmation aussi catégorique que celle-là, ça m'apparaît être une assez courte vue d'esprit, mais évidemment qu'avec M. Legault, ce n'est pas surprenant», a-t-il dit.

La communauté musulmane réclame que le 29 janvier soit désigné Journée nationale contre l'islamophobie. M. Legault oppose un refus catégorique à cette demande.

Le gouvernement fédéral estime quant à lui qu'il n'y a pas suffisamment de consensus autour de la question.

L'auteur de la tuerie du 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette, devrait connaître sa peine le 8 janvier. Il a plaidé coupable à six chefs d'accusation de meurtre prémédité.

Voir aussi: