POLITIQUE
31/01/2019 14:09 EST | Actualisé 01/02/2019 07:43 EST

Le Québec n'aura pas sa Journée nationale contre l’islamophobie

Ce n’est pas un problème réel au Québec, selon le premier ministre François Legault.

GATINEAU - Le premier ministre François Legault ne voit pas pourquoi le Québec aurait sa Journée nationale contre l'islamophobie le 29 janvier - jour d'anniversaire de l'attentat à la mosquée de Québec - puisqu'il ne s'agit pas d'un problème réel à son avis.

Deux jours plus tôt, jour du deuxième anniversaire de l'attentat de Québec, la vice-première ministre Geneviève Guilbault y avait ouvert la porte. «C'est une discussion qu'on peut avoir», avait-elle dit.

M. Legault dit que Mme Guilbault a été «prudente» dans ces propos à ce moment-là. Mais il dit avoir regardé le dossier et a pris sa décision finale.

«Il n'y en aura pas», a-t-il confirmé, lors d'une conférence de presse après son caucus présessionnel à Gatineau.

«Je ne pense pas qu'il y ait de l'islamophobie au Québec. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une journée consacrée à l'islamophobie», a ajouté le premier ministre.

Dans l'opposition, la Coalition avenir Québec (CAQ) s'était opposée à faire du 29 janvier une journée pour dénoncer la haine envers la communauté musulmane. Elle voulait plutôt consacrer cette journée pour commémorer la mémoire des victimes de cette tragédie.

Le parti niait également qu'il existe un «courant islamophobe» au Québec.

La CAQ précise que cette journée du 29 janvier sera bien entendu réservée à honorer la mémoire des victimes de cette tragédie, comme c'est le cas depuis deux ans.

LIRE AUSSI:

» MarieChantal Chassé a toujours l'appui du premier ministre François Legault

» Les députés caquistes sensibilisés sur la corruption et le crime organisé

Mardi soir, le premier ministre Legault s'est rendu à la commémoration à l'Université Laval à Québec, afin de soutenir la communauté et d'offrir un message d'espoir.

«Si on a vu le visage de la haine il y a deux ans, les jours qui ont suivi ont démontré que cette haine n'aura jamais sa place au Québec», a-t-il dit en marge de l'événement.

«Notre devoir, c'est de léguer à nos enfants une société de paix, de fraternité. C'est la meilleure façon d'honorer la mémoire des victimes», a ajouté M. Legault.

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonette a tué six personnes et en a blessé 19 autres dans leur lieu de culte à Sainte-Foy. Il a plaidé coupable à six chefs d'accusation de meurtre prémédité et six autres de tentative de meurtre avec une arme à feu à autorisation restreinte.

Il devrait connaître sa peine le 8 février 2019.

En rappel: L'immigration, repartir à zéro