POLITIQUE
30/01/2019 20:22 EST | Actualisé 30/01/2019 21:58 EST

Métro: le responsable de la STM, Craig Sauvé, se trompe (encore) sur les pannes

Même en tenant compte des kilomètres parcourus, Craig Sauvé avait tort de dire que 2018 était la meilleure année en cinq ans.

fhogue via Getty Images

De nouveaux chiffres diffusés par la Société de transport de Montréal (STM) montrent, encore une fois, que le responsable de la mobilité de l'administration Plante avait tort de dire que l'année 2018 était «la meilleure année depuis cinq ans» en ce qui concerne les interruptions de service du métro. Même s'il continue de soutenir le contraire.

Non, 2018 n'était pas la meilleure année depuis cinq ans en termes de pannes. C'est néanmoins ce qui a été avancé lundi par Craig Sauvé, responsable de la mobilité et vice-président de la STM.

Le HuffPost Québec a répliqué sur Twitter, chiffres l'appui, que c'était plutôt la deuxième pire année depuis au moins dix ans.

M. Sauvé s'est défendu en disant que 2018 était la meilleure année si l'on mesure le nombre d'interruptions en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Or, selon les chiffres mêmes de la STM, c'est également faux.

Milieu de peloton

Mercredi, M. Sauvé a tenté d'utiliser ce tweet de la STM pour affirmer qu'il avait raison.

Or, le HuffPost Québec a refait les calculs. Et M. Sauvé se trompe encore.

Le transporteur public indique que les voitures de métro ont augmenté de 3,8% le nombre de kilomètres parcourus. C'est donc 88,7 millions de km-voitures qui ont été franchis en 2018, contre 85,5 millions en 2017, 79,3 millions en 2016, 78,3 millions en 2015 et 77,7 millions en 2014.

En comparant ces chiffres à ceux sur les interruptions de service de plus de cinq minutes, tous disponibles dans les rapports annuels de la STM, on se rend compte que 2018 se trouve en milieu de peloton en ce qui concerne le nombre d'interruptions par kilomètre parcouru.