DIVERTISSEMENT
29/01/2019 15:34 EST | Actualisé 29/01/2019 15:55 EST

L’amour est dans le pré: une foule de rebondissements

«Vers la fin de la saison, on fait face à une situation qui n’était jamais arrivée auparavant qui prouve que les agriculteurs sont vraiment les maîtres de l’émission.» - Marie-Ève Janvier

Elisabeth Cloutier/Groupe V Media
Marie-Ève Janvier (Elisabeth Cloutier / Groupe V Media)

L'amour est dans le pré, c'est neuf couples qui se sont formés et 16 enfants qui ont vu le jour (ajoutons à cela deux autres bambins à venir) à la suite de ces coups de foudre télévisés... jusqu'à maintenant!

De cette 7e saison sur le point de débuter, l'animatrice Marie-Ève Janvier peut déjà dévoiler de multiples rebondissements, un événement mystère jamais survenu avec lequel on a dû apprendre à composer et la confirmation que l'amour sera bel et bien au rendez-vous.

Redorer l'image de la téléréalité

Aider des agriculteurs à trouver l'amour: tel est l'objectif de l'émission L'amour est dans le pré. Un but ultime qui touche toujours l'animatrice Marie-Ève Janvier, qui tient ce rôle depuis la toute première saison.

«Ce sont des gens qui veulent vraiment rencontrer l'amour et qui ne participent pas à l'émission parce qu'ils veulent faire de la télé, explique-t-elle. Je trouve cela extrêmement valorisant d'amener du positif en téléréalité et je suis touchée de voir que les gens adhèrent à ce type de télé qui fait du bien.»

Il y a eu des années où la téléréalité se faisait un peu plus malmener et je pense que L'amour est dans le pré a vraiment contribué à montrer le côté positif d'une téléréalité.

L'engouement du public pour l'émission se fait effectivement déjà bien sentir depuis la sortie de la bande-annonce de cette 7e saison. Une saison qui s'annonce chargée en émotions et pimentée en revirements de situation alors que surviendra entre autres, un événement imprévu et jamais vu (mais qui n'est pas dramatique, assure-t-on) en fin de saison.

«C'est une saison où, au départ, on croit que les choses vont se passer d'une certaine façon, mais où à un moment, on semble brasser les dés à nouveau et les relancer pour repartir dans une autre direction», confirme l'animatrice.

Cette nouvelle saison vient ainsi avec ses cinq nouveaux agriculteurs dont Anthony, 27 ans, de Saint-Ambroise-de-Kildare, «le bad boy qui veut se remettre sur le droit chemin, véritable montagne russe d'émotions et source de beaucoup de rebondissements», Deven, 23 ans, originaire de Varennes, Julien, 28 ans de Dudswell, «un fou de plein air visant l'autosuffisance».

Avec le grand retour d'une agricultrice aussi; Kathleen «la colorée» qui, à 31 ans, gère les employés de l'une des plus grosses fermes au Québec. Et, belle nouveauté entraînant une dynamique différente à l'émission, la participation d'un agriculteur de 47 ans, Christian, père de deux jeunes adultes de 17 et 19 ans.

Elisabeth Cloutier/Groupe V Media
Christian, père de deux ados, trouvera-t-il l'amour? (Elisabeth Cloutier / Groupe V Media)

«Le discours de Christian n'est pas "Je veux fonder une famille", mais plutôt "Je veux profiter des moments en dehors de la ferme et trouver la femme de ma vie avec qui aller faire des tours de Camaro et du camping", explique Marie-Ève Janvier. C'est d'ailleurs un homme qui est déjà bien entouré de femmes et d'amies.»

Cinq agriculteurs en quête de l'amour qui sont tous des producteurs laitiers, mis à part Deven qui est maraîcher.

Charmée par le monde agricole

«Je vois cette émission comme Noël qui revient chaque année, ajoute l'animatrice. On sait en gros à quoi cela va ressembler, mais on est vraiment excité et on a hâte que ça arrive. Pour moi, l'excitation est là comme au premier jour et ce qui me fait du bien est que ce sentiment d'imposteur que j'avais lors des deux premières saisons n'est plus là aujourd'hui.»

Son rôle, elle le voit plutôt comme celui de marraine accompagnant ces participants qui ne «font pas de télé dans la vie». Elle explique s'impliquer à 100% et vouloir véritablement connaître ces gens, leur environnement, leur quête et leur façon de vivre.

«C'est un monde dans lequel je me sens extrêmement à l'aise. Je suis une fille de la campagne, je n'ai pas grandi sur une ferme, mais je suis profondément attachée à la terre et à ce mode de vie. Le monde agricole est un milieu qui me charme énormément.»

Elle avoue avoir beaucoup d'admiration pour ces gens qui leur ouvrent leurs portes et qui leur partagent leurs émotions. De même que pour les prétendants et prétendantes qui en s'inscrivant à l'émission, acceptent l'éventualité de devoir quitter leur nid familial «pour quelqu'un qu'ils ne connaissent pas encore vraiment, mais qu'ils pensent beaucoup aimer et avec qui ils pourront éventuellement fonder une famille un jour.»

«Chaque agriculteur et agricultrice qui a participé à l'émission en est ressorti différent et différente, conclut l'animatrice. Lorsque l'amour est au rendez-vous, évidemment que leur vie a changé. Mais au-delà de l'amour, il y en a beaucoup qui se sont aussi découverts à travers l'émission, notamment des gens qui étaient plus timides qui ont appris à s'exprimer, à regarder ce qu'ils ressentent et à parler de leurs émotions. C'est aussi vrai pour moi: L'amour est dans le pré m'a beaucoup apporté sur le plan personnel.»

- La 7e saison de L'amour est dans le pré débutera ce jeudi 31 janvier à 20h sur les ondes de V.