POLITIQUE
28/01/2019 17:02 EST | Actualisé 29/01/2019 14:37 EST

Montréal: le responsable de la STM se trompe plus d'une fois sur les pannes de métro

Craig Sauvé a dit que 2018 était la meilleure année en 5 ans, alors que c'est la deuxième pire de l'histoire du réseau.

Le responsable de la mobilité au sein de l'administration Plante s'est trompé à plusieurs reprises concernant les statistiques sur les pannes de métro. Ce n'est pas passé inaperçu.

Craig Sauvé, qui est aussi vice-président de la Société de transport de Montréal (STM), répondait à une question de l'opposition lundi lorsqu'il a cité des statistiques sur les interruptions du métro.

«Effectivement, on a noté une augmentation de 5% de l'achalandage dans le métro de Montréal. C'est une bonne nouvelle. Sur la ligne orange, c'est 5,5% quand même. Ça fait plus de 9000 personnes de plus dans la ligne orange à ce moment-ci. En 2018, autre bonne nouvelle, il y a moins de 8% d'interruptions de service de 5 minutes et plus dans le service de métro. Donc ça va mieux à Montréal. C'est la meilleure année depuis cinq ans en 2018», a-t-il dit.

Le problème: 2018 était très loin d'être la meilleure année en cinq ans. Avec 1073 interruptions de service, c'était la deuxième pire année depuis le début du millénaire et plus encore. Le HuffPost Québec a fait un peu de «fact-checking».

M. Sauvé s'est défendu en disant qu'il parlait du nombre d'interruptions en fonction du nombre de kilomètres parcourus par les voitures.

Les voitures ont effectivement voyagé plus longtemps... mais l'affirmation de M. Sauvé demeure fausse. La statistique de 8% ne s'applique pas aux kilomètres parcourus, mais bien à la diminution totale entre 2017 et 2018.

M. Sauvé n'a pas offert de statistiques annuelles sur le nombre d'interruptions de service par kilomètre parcouru.

L'élu a aussi profité de sa tribune au conseil municipal pour demander l'appui de l'opposition pour le projet de ligne rose.

«Il y a plusieurs choses sur lesquelles on travaille pour réduire [les interruptions de service]. Une chose pour laquelle on a besoin de l'appui de tous les partis politiques, c'est la redondance. C'est une autre ligne de métro. C'est quelque chose pour laquelle on pousse encore et ça serait vraiment nice si vous pouviez nous appuyer là-dessus», a-t-il lancé.

Le projet de ligne rose est actuellement sous étude par l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Le gouvernement Legault, qui sera responsable de financer un tel projet, y a toutefois réservé un accueil froid.

À VOIR AUSSI: