POLITIQUE
28/01/2019 14:00 EST | Actualisé 28/01/2019 17:43 EST

Collusion: un entrepreneur facturait jusqu'à 15% trop cher pour des travaux à Montréal

Les Constructions Lavacon demandait à ses sous-traitants de lui accorder un escompte sur le prix soumis à la Ville pour des «extras».

Artsanova via Getty Images

Une entreprise de construction aurait fraudé la Ville de Montréal en demandant à ses sous-contractants de gonfler le prix de leurs soumissions lors la modification d'un contrat d'agrandissement d'une bibliothèque, selon un nouveau rapport du Bureau de l'inspectrice générale (BIG). Le BIG recommande que cette entreprise soit inadmissible aux contrats publics.

Le rapport a été diffusé lundi, en marge de la séance publique du conseil municipal. Selon l'inspectrice générale Me Brigitte Bishop, Les Constructions Lavacon soumettait à la Ville un prix gonflé par rapport à ce qui lui était facturé par chacun de ses 10 sous-contractants dans le cadre du contrat d'agrandissement de la bibliothèque de Pierrefonds, octroyé en 2017.

Courtoisie - Design Montréal
Une maquette de la bibliothèque de Pierrefonds, agrandie en 2017 et 2018 par la Ville de Montréal. L'entrepreneur aurait gonflé le prix des «extras», selon le Bureau de l'inspecteur général.

Selon le BIG, Lavacon procédait en réclamant des «escomptes» aux sous-contractants lorsque la Ville demandait des modifications au contrat (des «directives de changement», dans le jargon municipal).

Pour chaque modification, les sous-traitants envoyaient une soumission à Lavacon, qui les acheminait ensuite à la Ville de Montréal. Sauf que le montant qui était réellement facturé à Lavacon était inférieur de 5% à 15% par rapport à ce qui était réclamé à la Ville.

«Quatre sous-traitants confirment avoir haussé le prix de leur estimation lors des directives de changement pour compenser l'escompte devant être consenti à Les Constructions Lavacon. [...] Deux de ces quatre sous-traitants ont expliqué que c'est un employé même de Lavacon qui leur a dit de hausser le montant des estimations pour compenser l'escompte», lit-on dans le rapport de Me Bishop.

Olivier Robichaud
Me Brigitte Bishop, inspectrice générale de Montréal.

L'entrepreneur se défend

Le HuffPost Québec a contacté le président des Constructions Lavacon, Luigi Pallotta. Il a refusé de répondre aux questions.

Dans le rapport du BIG, M. Pallotta se défend en affirmant que l'escompte n'affecte en rien le prix soumis à la métropole. L'escompte sortirait de la poche du sous-traitant.

Me Bishop ne l'entend pas ainsi, puisque quatre sous-traitants affirment le contraire.

«L'inspectrice générale conclut que la Ville de Montréal n'a pas payé le juste prix qu'elle aurait dû payer pour les travaux des sous-traitants lors des directives de changement en raison des ententes», poursuit le rapport.

Sur la «liste noire»?

Me Bishop recommande que Les Constructions Lavacon soit inscrite à la «liste noire» de Montréal, ce qui l'empêcherait de soumissionner aux appels d'offres publics de la Ville.

En point de presse lundi, la mairesse Valérie Plante a dit qu'elle prendrait le temps d'analyser le rapport avant de sévir contre l'entrepreneur. Elle a toutefois indiqué que «pour nous ça demeure le genre de promoteur avec lequel on ne veut pas faire affaire».

Le dossier a été transféré par le BIG à l'Autorité des marchés publics (AMP) ainsi qu'à l'Unité permanente anticorruption (UPAC).