NOUVELLES
25/01/2019 14:46 EST | Actualisé 25/01/2019 15:15 EST

Trump est persuadé que les créanciers vont accommoder les fonctionnaires incapables de payer

Le président américain ne semble pas s'émouvoir du sort des travailleurs pris en étau par le «shutdown».

Associated Press/Jacquelyn Martin

Le président des États-Unis ne semble pas s'émouvoir des nombreux cas de fonctionnaires fédéraux qui doivent visiter des banques alimentaires pour pouvoir se nourrir ou qui sont incapables de payer leur hypothèque pendant le «shutdown». Selon Donald Trump, les épiceries et les créanciers vont «s'arranger» avec eux durant ces temps difficiles.

Il a fait ces commentaires peu avant l'annonce d'une réouverture temporaire des institutions gouvernementales. Quelques heures auparavant, le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, a affirmé qu'il ne comprenait pas pourquoi plusieurs des 800 000 fonctionnaires fédéraux avaient recours aux banques alimentaires, alors qu'ils n'ont pas été payés depuis le début de l'année en raison du «shutdown», une situation qui perdure pour un deuxième mois.

«Les gens les connaissent, dans leur quartier, quand ils vont faire des courses à l'épicerie ou ailleurs», a affirmé le président, questionné sur les commentaires de son collègue Wilbur Ross.

«Je crois que ce que Wilbur essayait de dire, c'est qu'ils vont s'arranger ensemble», a-t-il ajouté.


Donald Trump, qui a précisé ne pas avoir entendu ce que son collègue a dit, a admis que ce dernier «aurait pu le dire différemment». Mais le président s'est tout de même porté à la défense de son secrétaire au Commerce, ajoutant que les banques travaillaient conjointement avec ceux qui traversaient une situation économique difficile à cause du «shutdown»: «c'est ce qui arrive dans des temps comme ceux-ci».

«Si vous avez une hypothèque, les créanciers, ceux qui encaissent les intérêts et toutes ces choses-là, ils s'arrangent avec vous», a indiqué le président.

Wilbur Ross s'est attiré des foudres de toutes parts, jeudi, après ses remarques au réseau de télévision américain CNBC. Selon lui, les médias ne prenaient pas en considération que les fonctionnaires «allaient éventuellement être payés». Il a affirmé qu'il ne comprenait pas pourquoi certaines personnes avaient recours aux banques alimentaires. Il a aussi ajouté que ces fonctionnaires fédéraux ne représentaient qu'une fraction du rendement financier de la nation.

«Mettons cela en perspective: on parle de 800 000 travailleurs. Et même si je compatis avec ceux qui vivent des difficultés, 800 000 travailleurs qui ne recevront jamais leur salaire - ce qui n'est pas le cas, ils seront éventuellement payés -, on parle du tiers d'un pourcent de notre PIB. Ce n'est quand même pas immense, si on remet ça dans son ensemble.»

Wilbur Ross, qui a aussi suggéré que les travailleurs empruntent pour couvrir leurs dépenses, aurait une fortune d'environ 700 millions $.

Ces commentaires du président et de son secrétaire au Commerce tranchent dramatiquement avec les multiples témoignages de fonctionnaires qui ont beaucoup de mal à joindre les deux bouts. Les travailleurs n'ont toujours pas reçu de paie depuis le début de l'année, puisque le Congrès n'a toujours pas réussi à faire passer une loi qui mettrait fin au «shutdown».

Les affirmations du secrétaire au Commerce ont provoqué de fortes réactions dans le camp démocrate.

«De nombreux travailleurs vivent de paie en paie, a lancé le leader de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. Secrétaire Ross, ils ne peuvent pas simplement appeler leur courtier et lui demander de vendre leurs parts. Ils ont besoin de ce chèque de paie.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

À voir : Les fonctionnaires américains ont besoin d'aide pour joindre les deux bouts