BIEN-ÊTRE
25/01/2019 11:39 EST | Actualisé 25/01/2019 11:39 EST

Des allergènes dès 6 mois, même si votre bébé est à «haut risque»

La Société canadienne de pédiatrie émet une nouvelle recommandation pour les nourrissons à haut risque de développer des allergies.

NataliaDeriabina via Getty Images

Les nourrissons à haut risque d'allergie alimentaire devraient se faire offrir des aliments allergènes courants plus tôt, selon la Société canadienne de pédiatrie (SCP) - c'est-à-dire vers l'âge de 6 mois, et même plus tôt pour les bébés qui sont prêts, mais pas avant l'âge de 4 mois.

Oui, mais... «on le savait déjà!», que vous vous dites. En fait, en 2013, la SCP avait déjà statué qu'il n'était plus nécessaire de retarder l'introduction de certains aliments allergènes, comme les arachides, les oeufs ou le blé pour réduire les risques d'allergie, contrairement à ce qui avait été longuement recommandé.

    Cette fois, la SCP recommande vivement d'introduire ces aliments vers l'âge de 6 mois, surtout pour les enfants «à risque». Cette définition a d'ailleurs été élargie par les pédiatres: un bébé est maintenant considéré à haut risque d'allergie lorsqu'il a déjà eu des réactions allergiques cutanées, comme de l'eczéma, mais également si ses parents et/ou ses frères et soeurs ont déjà des allergies ou font de l'eczéma.

    Comment on fait ça?

    • Introduire les aliments allergènes courants les uns après les autres, en attendant un jour ou deux entre chaque nouvel aliment, pour pouvoir déterminer lequel déclenche une réaction allergique, le cas échéant. Exemples: les arachides, les noix, les oeufs, le poisson, le blé, les fruits de mer, le soya.
    • Offrir régulièrement les allergènes courants après les avoir introduits, afin de maintenir la tolérance.
    • Protéger et soutenir le maintien de l'allaitement (si c'est possible).
    • Adapter la texture et la dimension de chaque aliment complémentaire à l'âge de l'enfant, pour prévenir l'étouffement.
    • Si l'enfant a une réaction allergique sérieuse, on compose immédiatement le 911 (et on arrête de lui donner cet aliment, vous l'aurez compris). S'il a une réaction modérée, une petite réaction cutanée par exemple, on cesse de lui offrir cet aliment et on prend rendez-vous avec son médecin pour le lui signifier.

    L'introduction précoce des aliments est particulièrement bénéfique pour prévenir les allergies aux arachides et aux œufs, et ses répercussions sont considérables, selon la SCP. Elle cite d'ailleurs une étude qui a révélé que la réduction du risque d'allergie aux arachides pouvait atteindre 80 % si on introduisait cet aliment plus tôt.

    Les allergies alimentaires touchent 2 à 10% de la population.

    Voir aussi: Le vaccin contre la grippe est très efficace cette saison