POLITIQUE
22/01/2019 00:30 EST | Actualisé 22/01/2019 10:11 EST

Moins d’immigrants, mais plus de Français et d’Européens: François Legault accusé d'incohérence

«Il arrive en France et il dit qu'il veut plus d'immigrants français? Ça vient d'où?»

QUÉBEC - Diminuer le seuil d'immigration, tout en haussant le nombre de Français et d'Européens accueillis au Québec? Le premier ministre François Legault s'engage sur une «pente glissante» s'il va de l'avant avec ce plan, selon l'opposition et des experts consultés par le HuffPost Québec.

En entrevue avec Le Devoir, M. Legault a déclaré que la réduction des quotas d'immigration ne doit pas nuire à nos cousins français. «Actuellement, il y a beaucoup trop d'immigrants au Québec qui ne sont pas qualifiés ou qui ne parlent pas français, a-t-il dit. Donc, des Français, on en prendrait plus. De même que des Européens.»

«Les propos de M. Legault me mettent un peu mal à l'aise, réagit Rachad Antonius, professeur de sociologie à l'Université du Québec à Montréal. C'est comme s'il y avait de bons immigrants et de mauvais immigrants.»

LIRE AUSSI: Emmanuel Macron reçoit François Legault à l'Élysée

Bien qu'il précise que le premier ministre ne tient pas un discours qu'il juge «raciste», M. Antonius estime que les paroles du premier ministre rappellent les politiques d'immigration du siècle dernier.

«Ça a des relents d'une pensée d'une autre époque, où on était convaincu que l'immigration européenne caucasienne était à privilégier, ajoute Andrés Fontecilla, porte-parole de Québec solidaire en matière d'immigration et de laïcité. Cela ne correspond plus à la pensée du Québec d'aujourd'hui et à la pensée, j'en suis convaincu, du gouvernement Legault.»

Dans son plan en immigration, déposé en décembre dernier, le gouvernement Legault compte baisser toutes les catégories d'immigration de 23,8% en moyenne. Cela inclut l'immigration économique, alors que la province connaît une pénurie de main-d'oeuvre marquée dans plusieurs régions.

Qui écoperait?

«Jamais, jamais François Legault a dit qu'il voulait plus d'immigrants. Il arrive en France et il dit qu'il veut plus d'immigrants français? Ça vient d'où?» critique Dominique Anglade, porte-parole libérale en matière d'économie et d'immigration.

«S'il veut rester cohérent, ça veut dire qu'il en prendrait moins d'ailleurs. D'où en prendrait-il moins? C'est à lui de répondre à la question.»

«Le plus grand bassin de francophones au monde, ce n'est pas en Europe, ce n'est pas en France, c'est en Afrique. Je trouve qu'il y a une certaine pente glissante dans ses propos», relève Catherine Fournier, critique péquiste en matière d'économie et d'immigration.

La Presse canadienne
De gauche à droite: Isabelle Brais, épouse de François Legault; François Legault, premier ministre du Québec; Emmanuel Macron, président de la France; Brigitte Macron, épouse d'Emmanuel Macron.

«Quand il parle des qualifications, c'est comme si les gens en Europe étaient plus qualifiés que les gens ailleurs, alors que ce n'est pas nécessairement le cas.»

Gaby Hsab, qui se spécialise en représentations médiatiques de l'immigration, se désole de voir que le premier ministre se base sur une «fausse» prémisse.

«Cette association entre immigration française et qualification est réductrice, voire caricaturale et chargée de préjugés, dit-il. Car on peut très bien être français et non qualifié, tout comme on peut être algérien parlant un français impeccable et très qualifié.»

Allons enfants de la patrie...

Au cabinet du ministre de l'Immigration Simon Jolin-Barrette, on fait valoir que les programmes de mobilité internationale et les Journées Québec à Paris, par exemple, connaissent un «énorme succès». Il n'est pas question d'y mettre la hache.

«On a toujours dit qu'on voulait le plus d'immigration qui se francise, qui s'intègre et qui réponde aux besoins du marché du travail. (Les Français) répondent à ces besoins-là de façon évidente», fait valoir Marc-André Gosselin, l'attaché de presse du ministre Jolin-Barrette.

LIRE AUSSI: Legault veut «doubler» les échanges commerciaux France-Québec

Mme Anglade estime que ces propos reflètent une «incohérence totale» et une «improvisation» de la part de François Legault. «Il dit une chose au Québec et son contraire quand il va à l'extérieur", critique-t-elle.

M. Fontecilla, pour sa part, invite le premier ministre Legault, qui est toujours à Paris, à rectifier ses propos, qui laissent «place à l'interprétation».

Mardi, M. Legault se rend à un dîner-conférence à la Bourse de Paris où convergent quelque 350 gens d'affaires. Il se rendra ensuite à Davos vers la fin de la semaine.

VOIR AUSSI: