POLITIQUE
22/01/2019 15:39 EST | Actualisé 22/01/2019 15:42 EST

Morte gelée: «Il ne faut plus que ça se reproduise», dit Legault

La mère de Gilles Duceppe est décédée d'hypothermie après être sortie d'urgence de sa résidence.

LUDOVIC MARIN via Getty Images

PARIS — François Legault trouve «infiniment triste» le sort de la mère de Gilles Duceppe, qui est morte de froid dimanche à l'extérieur de sa résidence pour aînés, et le premier ministre ne veut plus qu'un tel drame se reproduise.

Hélène Rowley Hotte est décédée dans la nuit de dimanche, après être sortie de la résidence par un froid glacial en raison d'une alarme d'incendie.

Au cours de sa mission à Paris, mardi, le premier ministre du Québec a été appelé à commenter le tragique événement.

Il a admis que ce drame démontrait qu'il y avait encore des problèmes dans les résidences pour personnes âgées.

M. Legault a indiqué que cela ne se réglerait pas en quelques jours, mais il a promis de se mettre au travail avec la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

En conférence de presse, lundi, la ministre Blais a assuré qu'elle ne «baisserait jamais les bras» pour assurer la sécurité des aînés et qu'elle «serrerait la vis» aux résidences privées s'il le faut.

Pendant la nuit de dimanche, une alarme d'incendie avait retenti vers 4 h 15 et Mme Rowley Hotte était alors sortie de la résidence pour retraités «Lux Gouverneur», sur la rue Sherbrooke, dans l'est de Montréal.

La dame n'entendait pas très bien et n'a probablement pas saisi le message audio qui l'informait que son bâtiment ne faisait pas partie de l'ordre d'évacuation incendie. Elle est sortie par une issue de secours qui donnait accès à une cour arrière du complexe immobilier, mais la porte s'est verrouillée derrière elle et la dame n'a pu ensuite réintégrer la résidence.

Le bureau du coroner enquête sur l'événement.

Selon les résidences LUX, la dame portait des vêtements d'hiver et s'est évanouie peu de temps après être sortie.

La ministre Blais a souligné lundi que l'établissement avait obtenu de nouveau une certification en avril 2018, et s'était conformé aux 28 normes requises, notamment sur le nombre de surveillants de nuit.