POLITIQUE
21/01/2019 14:46 EST | Actualisé 21/01/2019 18:25 EST

Deux hommes en Côte d'Ivoire accusés d'avoir fait chanter Tony Clement

L'ancien député croyait écrire à une femme consentante, mais c'était plutôt un faux compte.

Adrian Wyld/La Presse canadienne
Photo d'archives.

OTTAWA — Deux hommes ont été interpellés en Côte d'Ivoire pour avoir voulu faire chanter le député fédéral Tony Clement, qui avait envoyé des photos "explicites" à une personne qu'il croyait être une femme.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a confirmé que deux hommes récemment interpellés par l'escouade ivoirienne de lutte contre la cybercriminalité étaient liés à l'affaire de M. Clement.

Le député avait demandé à la GRC, en novembre dernier, d'ouvrir une enquête après avoir admis qu'il avait envoyé des images sexuellement explicites à "une femme consentante", avant de découvrir qu'il s'agissait d'un faux compte utilisé par des "étrangers" qui lui réclamaient maintenant 50 000 euros.

Le député conservateur ontarien et une autre victime présumée avaient reçu des invitations électroniques d'une certaine "Brianna Dounia" _ un faux profil en ligne qui semblait appartenir à une "sulfureuse Française", selon des informations publiées par la police ivoirienne. Après avoir reçu des photos et vidéos explicites des deux victimes, les auteurs présumés ont réclamé 50 000 euros à M. Clément et 300 000 euros à un Français, en guise de rançon, menaçant de publier à la face du monde les images embarrassantes.

Le Laboratoire de criminalistique numérique de la police de Côte d'Ivoire a finalement lié le faux compte en ligne à un numéro de téléphone, ce qui a conduit les autorités aux deux suspects, non identifiés. Selon des responsables ivoiriens, les deux hommes ont été interrogés et pourraient faire l'objet de poursuites pour utilisation frauduleuse d'éléments d'identification de personne physique, enregistrement illégal de communication privée, menaces de publication d'images à caractère sexuel et tentative d'escroquerie sur internet, a indiqué la police ivoirienne.

À LIRE AUSSI:

Selon la police, l'un des deux suspects est un récidiviste qui vient de purger une peine d'un an et demi de prison à Abidjan "pour une affaire similaire".

La GRC poursuit son enquête avec ses partenaires internationaux, a indiqué la police fédérale dans un communiqué.

M. Clement, âgé de 57 ans, avait d'abord expliqué à son chef, Andrew Scheer, que cette affaire de chantage constituait un "incident isolé". Il a alors démissionné de son rôle de porte-parole conservateur en matière de justice et quitté ses fonctions au sein des comités parlementaires.

Mais le député a ensuite été expulsé du caucus conservateur lorsqu'il a admis avoir eu des relations en ligne inappropriées avec plus d'une femme. Un certain nombre d'entre elles soutenaient dans les médias sociaux que M. Clément s'était lié d'amitié avec elles en ligne, semblait suivre leurs activités de près, cliquait "j'aime" sur beaucoup de leurs photos et les contactait parfois en privé par le biais de messages directs, souvent tard dans la nuit.

Dans une lettre ouverte adressée à ses commettants, en novembre, M. Clement a présenté ses excuses aux femmes avec qui il s'était engagé dans ces échanges en ligne ou à celles qui auraient pu se sentir mal à l'aise par son comportement. Il a précisé que son bureau de circonscription resterait ouvert et qu'il demeurait député de Parry Sound-Muskoka.

M. Clement est marié à Lynne Golding, avocate et auteure. Cet ancien ministre provincial en Ontario avait ensuite été ministre dans le gouvernement de Stephen Harper, et il a été deux fois candidat à la direction du parti fédéral.

À voir également: