NOUVELLES
18/01/2019 16:03 EST | Actualisé 18/01/2019 16:03 EST

Baisse de taxes? Pas besoin d'en faire profiter vos locataires, dit la CORPIQ

Au moment où la Régie du logement du Québec dévoile les pourcentages applicables pour les augmentations de loyer.

Boogich via Getty Images

Les propriétaires qui ont bénéficié d'une baisse de taxes scolaires devraient la garder plutôt que d'en faire profiter leurs locataires, estime la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ).

Surtout si leurs loyers à ajuster sont inférieurs à la moyenne, ajoute la Corporation.

Alors que la Régie du logement du Québec a dévoilé vendredi les pourcentages applicables pour les augmentations de loyer, la CORPIQ contre-attaque.

Selon elle, la décision du gouvernement du Québec en 2018 d'abaisser les taux de taxe scolaire régionaux «reste une mince compensation financière face aux centaines de millions de dollars perdus ces dernières années par les propriétaires en raison de critères de fixation de loyers absurdes».

Ces pourcentages sont trop faibles, déplore la Corporation, et cette année, ils sont même en deçà de l'inflation.

Comme alternative, la CORPIQ suggère de modérer l'ajustement de loyer 2019 des locataires qui paient un juste prix, mais de ne pas accorder cet avantage à ceux dont le loyer est anormalement bas pour la valeur du logement. Cela conduirait à une répartition plus équitable des dépenses communes de l'immeuble entre les locataires, précise-t-elle dans un communiqué.

Les hausses proposées par la Régie

La Régie a fourni, comme à chaque année, des estimations moyennes d'augmentations: pour un logement non chauffé (0,5 pour cent), pour un logement chauffé à l'électricité (0,4 pour cent), chauffé au gaz (0,4 pour cent) et au mazout (2,6 pour cent). Pour un loyer de 800 $, la Régie calcule qu'il s'agit là d'une augmentation mensuelle de 4 $, 3 $ et 21 $ respectivement. Il s'agit de calculs faits sans inclure les hausses de taxes municipales ni des travaux majeurs effectués par les propriétaires.

La CORPIQ juge d'ailleurs «ridicule» l'ajustement de loyer qui sera consenti en 2019 à un propriétaire ayant réalisé des travaux majeurs de réparation ou d'amélioration d'un logement. Elle suggère donc, aux propriétaires pouvant se le permettre, de rénover puis de laisser le logement vacant durant un an. «Il sera ainsi à l'abri du contrôle de loyer», est-il précisé.

LIRE AUSSI:

» Éric Salvail vend ses deux somptueuses demeures en Floride

» «L'époque des maisons individuelles est révolue», selon BMO

» 4 choses qui se produiront (et ne se produiront pas) sur le marché immobilier au Canada en 2019

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) dénonce ces positions de la CORPIQ.

Dans un contexte où la rareté des logements s'accélère rapidement, l'organisme juge que ces appels sont dangereux et contribueront à la crise du logement imminente dans plusieurs régions du Québec.

Quant au Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), il rappelle aux locataires qu'il leur est possible de refuser la hausse de loyer et toute autre demande de modification au bail.