NOUVELLES
18/01/2019 10:09 EST | Actualisé 18/01/2019 10:09 EST

Les astéroïdes ont frappé la Terre plus souvent depuis 290 millions d'années

Mais il n'y a pas de quoi paniquer!

Science Photo Library - Andrzej Wojicki via Getty Images
(Illustration)

Les astéroïdes tombent du ciel bien plus souvent qu'avant, mais cela ne doit pas être une source d'inquiétude pour la population terrienne.

Selon une nouvelle étude publiée jeudi dans la revue scientifique Science, les astéroïdes se sont écrasés sur Terre deux fois plus souvent au cours des dernières 290 millions d'années qu'au cours des 700 millions d'années précédentes.

Non, le ciel n'est pas en train de nous tomber sur la tête. Les astéroïdes ne frappent la Terre qu'une fois par million d'années, ou même quelques millions d'années. La liste dressée par la NASA des astéroïdes à risque ne montre aucune menace majeure à l'horizon. La menace actuelle la plus importante est un astéroïde d'une largeur de 1,3 kilomètre dont les chances de rater la planète sont de 99,988 pour cent lorsqu'il passera dans son voisinage dans 861 ans.

Cela ferait une belle jambe aux dinosaures. La plupart des scientifiques pensent que ces bêtes et de nombreuses autres espèces ont disparu après la chute d'un énorme astéroïde en Amérique centrale, il y a environ 65 millions d'années.

Ce n'est qu'un jeu de probabilités. Ces événements sont encore rares, ça ne m'inquiète pas trop. Sara Mazrouei, Université de Toronto

Sara Mazrouei, scientifique en sciences planétaires à l'Université de Toronto, est l'auteure principale de l'étude. Elle et ses collègues du Royaume-Uni et des États-Unis ont établi une liste de cratères d'impact de plus de 20 km de large sur la Terre et la Lune et en ont proposé les dates. Il faut un rocher spatial d'une largeur d'au moins 800 mètres pour créer des trous de cette taille.

L'équipe a compté 29 cratères ne datant pas de plus de 290 millions d'années et neuf entre 291 millions et 650 millions d'années.

Mais nous voyons relativement peu de grands cratères sur Terre, car la planète est constituée à plus de 70 pour cent d'océan et les glaciers passés ont lissé certains trous, rappelle Rebecca Ghent, scientifique en sciences planétaires à l'Université de Toronto.

En extrapolant ce que l'on ne voit pas, le nombre total d'accidents spatiaux sur Terre au cours des 290 derniers millions d'années est d'environ 260. En ajoutant d'autres facteurs, l'équipe scientifique a déterminé que le taux actuel de collisions dans l'espace est 2,6 fois supérieur à celui des 700 millions d'années précédentes.

Les cratères datant de plus de 650 millions d'années ont été en grande partie balayés par les forces glaciaires. Les scientifiques ont donc utilisé des cratères d'impact sur la lune proche. La lune est un bon guide pour estimer les collisions de la Terre, car elle est suffisamment proche pour être sur le même chemin des astéroïdes et ses cratères durent plus longtemps.

LIRE AUSSI:

» Une graine de coton a germé sur la Lune

» La sonde chinoise renvoie des photos de la face cachée de la Lune

» Ces signaux de l'espace intriguent des chercheurs canadiens

Alors que s'est-il passé, il y a près de 300 millions d'années?

«Peut-être un regroupement d'astéroïdes a-t-il été brisé dans la ceinture d'astéroïdes», spécule Mme Mazrouei. Les roches spatiales se sont ensuite dirigées vers la Terre et la Lune, et la planète en a eu un peu plus parce que c'est une cible plus grosse et que sa gravité est plus élevée, dit Mme Gand.

Les scientifiques extérieurs sont divisés sur la recherche. Selon Jay Melosh de l'Université Purdue, le nombre de cratères est trop petit pour permettre une conclusion raisonnable, mais Avi Loeb de l'Université Harvard croit que l'étude est convaincante.

Les êtres humains n'auraient peut-être pas émergé sans les extinctions massives provoquées par les astéroïdes, il y a de 65 millions à 250 millions d'années, fait valoir M. Loeb. «Ce taux d'impact accru constitue une menace pour le prochain événement d'extinction massive, que nous devrions surveiller et anticiper afin de tenter de l'éviter avec l'aide de la technologie. Cela montre à quel point la vie humaine est arbitraire et fragile.»

Voir aussi: La sonde chinoise renvoie des photos de la face cachée de la lune