POLITIQUE
18/01/2019 08:07 EST | Actualisé 18/01/2019 08:26 EST

Vérification de la qualité de l'air et des installations utilisant des combustibles dans toutes les écoles du Québec

Les écoles doivent aussi confirmer au ministre la présence de détecteurs de gaz.

Graham Hughes/La Presse canadienne
L'école des Découvreurs a fait la manchette cette semaine alors que plusieurs élèves et adultes ont été intoxiqués à la suite d'une émanation de monoxyde de carbone.

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, demande à tous les dirigeants d'établissements d'enseignement du Québec de lui confirmer d'ici mardi prochain la présence de détecteurs de gaz dans chacun de leurs bâtiments.

Le ministre réclame aussi que des vérifications de la qualité de l'air ainsi que des inspections de leurs installations utilisant des combustibles soient réalisées dans les plus brefs délais. Les résultats de ces mesures devront être déposées au ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur le plus rapidement possible.

Le ministre explique aux dirigeants d'établissements que ces décisions ont été prises après les événements survenus lundi dernier à l'école des Découvreurs située dans l'arrondissement LaSalle, à Montréal.

Une rupture d'un joint du système de chauffage de l'école située sur la 39e Avenue a causé une émanation de monoxyde de carbone qui a incommodé des dizaines d'élèves et d'adultes. Plusieurs ont dû être hospitalisés après avoir ressenti des nausées et des étourdissements. Certains ont vomi, selon Urgences-santé, et au moins neuf personnes auraient perdu connaissance.

Le ministre Roberge écrit vendredi qu'un enfant incommodé de l'école des Découvreurs présente toujours des symptômes persistants.

À LIRE AUSSI:

Les pompiers du Service de sécurité incendie de Montréal (SSIM) qui ont été dépêchés à l'école lundi ont détecté des niveaux de monoxyde de carbone jusqu'à cinq fois plus élevés que le seuil menant à l'évacuation d'un bâtiment.

Le ministre ajoute que des démarches réglementaires seront effectuées pour que l'ensemble des écoles et des commissions scolaires soient obligées de se munir d'un détecteur de monoxyde de carbone, ce qui n'est pas le cas présentement, et qu'elles adoptent un mécanisme d'inspection annuelle pour s'assurer qu'il soit fonctionnel et opérationnel.