DIVERTISSEMENT
17/01/2019 11:23 EST | Actualisé 17/01/2019 11:43 EST

«Le chaînon manquant»: dans la bulle de Mathieu Cyr

Un premier one-man-show à la fois décontracté et hyperactif...

Bastien Carrière

Mathieu Cyr présentait pour la première fois au public montréalais son premier one-man-show, ce mercredi 16 janvier, à la Cinquième salle de la Place des Arts.

Habitué depuis longtemps aux nouvelles méthodes de diffusion de son art (généralement plus concises), l'humoriste de 43 ans démontre avec Le chaînon manquant qu'il est aussi à l'aise sur scène que sur les réseaux sociaux.

Durant 90 minutes bien remplies, Mathieu Cyr situe habilement son humour entre deux époques, adoptant un sens du rythme propre à la nouvelle génération d'humoristes, mais en ne reniant jamais ses classiques.

Le chaînon manquant se révèle ainsi un spectacle assez personnel dans son propos et représentatif de la personnalité de Mathieu Cyr dans la forme.

Ce dernier réserve d'ailleurs un segment de son spectacle à son trouble du déficit de l'attention, et son écriture semble effectivement être symptomatique de cette condition, les changements de tons, de styles et les cassures au niveau du rythme étant très fréquents dans Le chaînon manquant.

Le résultat s'avère à la fois décontracté et hyperactif, (un peu trop) chargé, mais le principal intéressé réussit malgré tout à suivre un certain fil conducteur pour capter et conserver l'attention de son public.

Faire du neuf avec du vieux, et vice versa

Outre son TDAH, Mathieu Cyr parle notamment de sa famille et de sa vie en coop, taquine les habitants des régions, en plus de se permettre quelques blagues aux dépens de certaines personnalités publiques et de faire preuve de beaucoup d'autodérision.

«Cet homme-là a touché beaucoup trop de gens pour devenir un intouchable», lance-t-il au sujet d'Éric Salvail.

«C'est facile pour quelqu'un comme Guillaume Lemay-Thivierge d'être en shape quand tu as seulement 3 pieds 8 pouces à muscler», relativise-t-il un peu plus tard dans le spectacle.

L'humoriste consacre également un long segment à la liberté d'expression en ces temps où il ne semble plus être permis de rire de quoi que ce soit. Ce dernier règle alors ses comptes avec une certaine Diane, qui a pris l'habitude de le critiquer pour un oui ou pour un non sur les réseaux sociaux.

Mathieu Cyr persiste et signe, d'ailleurs, en expliquant qu'il n'a pas l'intention de bloquer l'utilisatrice, car c'est ça, la liberté d'expression... comme il a le droit de son côté de prendre plusieurs minutes de son spectacle pour lui rendre la monnaie de sa pièce.

Le chaînon manquant s'avère ainsi un fourre-tout représentatif de l'esprit et de l'amour avec un grand A du maître de cérémonie pour le stand-up et ses multiples formes d'expression.

Si on ne sort pas du Chaînon manquant avec des crampes au ventre à force d'avoir trop ri, le spectacle comporte néanmoins plusieurs moments forts, dont un segment sur la vie de famille qui parlera à tous les parents, et une critique en règle des ratés d'un système d'éducation ne prenant pas assez en compte les forces et les besoins individuels des élèves.

Baveux, mais jamais méchant, un peu brouillon par moment, mais totalement assumé, Le chaînon manquant ne réinvente pas la roue, mais son auteur se plaît à la faire tourner à son rythme, avec tout ce que l'humour a pu lui apprendre et lui apporter.

Cliquez ici pour tous les détails sur la tournée «Le chaînon manquant» de Mathieu Cyr.