BIEN-ÊTRE
15/01/2019 14:32 EST | Actualisé 15/01/2019 14:36 EST

S’entraîner quand on est grippé: oui ou non?

S'entraîner pourrait devenir néfaste dans certains cas.

Likoper via Getty Images

Peut-on s'entraîner ou pas lorsque l'on est enrhumé ou grippé? Et comment? Ce sont des questions que l'on se pose au coeur de l'hiver - et particulièrement à ce moment de l'année où les bonnes résolutions sont encore d'actualité.

Nous avons interrogé Eveline Canape, spécialiste de la motivation, vice-présidente et copropriétaire d'Énergie Cardio. On fait le point!

Comment bien écouter son corps au quotidien?

«Notre corps nous parle en permanence. La première chose pour bien l'écouter est de s'arrêter et de tendre non pas les oreilles, mais tous ses sens. Et se poser les questions qui suivent. Ai-je mal quelque part, à un genou? À une épaule? À une hanche? Ou tout va bien du côté musculosquelettique? Ai-je de la difficulté à respirer profondément? Est-ce que je manque de souffle ou tout va bien du côté respiratoire? Est-ce que je sens mon niveau d'énergie bas ou survolté? Est-ce que je me sens fatigué ou suis-je en train de combattre un virus quelconque? Ou tout va bien du côté niveau d'énergie?»

Le questionnaire ''Menez une vie plus active'' mis au point par la Société canadienne de physiologie de l'exercice (SCPE), est un outil qui permet une auto-évaluation préalable à la participation à un programme d'activité physique. Il comporte 7 questions simples qui permettront de confirmer que vous pouvez pratiquer une activité physique en toute sécurité, en étant à l'écoute de votre corps.

Quand faut-il arrêter ou éviter l'exercice en cas de grippe ou de symptômes de rhume?

«Si vos symptômes sont légers comme une petite toux, le nez qui coule, une petite congestion nasale ou la gorge irritée, il n'y a pas de problème! Vous pouvez faire votre entraînement comme d'habitude ou baisser légèrement votre intensité. S'entraîner quand vous avez un rhume peut avoir des effets bénéfiques puisque l'entraînement de moyenne à intensité élevée stimule le système immunitaire durant les 24 h à 36 h qui suivent. De plus, l'activité physique peut aider à faire passer votre congestion nasale ou sinusale puisqu'elle permet de drainer le liquide en cause.»

Jovanmandic via Getty Images

Et si les symptômes sont plus sévères?

«Si vous voyez que vos symptômes sont sévères et que vous avez une congestion bronchique, une toux sévère, une fatigue excessive, des frissons et des courbatures ou que vous faites de la fièvre, l'entraînement est déconseillé. Si votre système immunitaire est déjà affaibli par votre rhume ou votre grippe, l'entraînement ne fera que l'affaiblir davantage et retardera alors la guérison. Il est donc préférable de s'abstenir quand on souffre de symptômes grippaux avec fièvre. Évidemment, si vous ne vous sentez pas bien pendant vos entraînements, que vous devenez étourdi ou ressentez tout autre symptôme désagréable, arrêtez! Ne forcez pas les choses : votre corps est en train de vous dire qu'il a besoin de repos.»

Comment modifier ou réduire l'intensité des exercices?

«Tout simplement en réduisant ses charges, en réduisant la durée de l'entraînement, en augmentant le repos entre les séries, en réduisant la vitesse (entraînement cardiovasculaire), en exécutant des exercices sollicitant moins de groupes musculaires.»

Quand l'entraînement devient-il plus néfaste que bon pour le corps?

«Les Directives canadiennes en matière d'activité physique recommandent la pratique d'au moins 150 minutes par semaine d'activité physique d'intensité moyenne à élevée chez les adultes. Il est également recommandé de pratiquer des activités pour renforcer les muscles et les os au moins deux fois par semaine pour les adultes. Il est vrai que l'entraînement peut être néfaste s'il ne respecte pas les limites de l'individu, s'il ne tient pas compte de sa condition physique actuelle, si les mouvements ne sont pas exécutés adéquatement, tant au niveau de la forme que de l'intensité et s'il y a trop peu de temps de repos entre chaque séance.»

Il est toujours recommandé de rencontrer un professionnel de l'entraînement (kinésiologue ou entraîneur certifié) dès le début d'un programme de remise en forme.