07/01/2019 00:01 EST | Actualisé 07/01/2019 00:01 EST

«Kebec»: une nouvelle série pour mieux connaître la fascinante histoire de notre province

En apprendre plus sur notre passé de Québécois en se penchant sur des œuvres artistiques importantes tout en discutant avec des historiens, des spécialistes et des artistes reconnus: voilà ce que propose la nouvelle et originale série Kebec.

À travers le regard et les questionnements de la pétillante journaliste et animatrice Noémi Mercier, on se laisse embarquer dans une suite de petits voyages dans le temps formant douze épisodes aux thèmes riches et originaux.

De la famille à la chasse et la pêche, en passant par les médias, la forêt, le sport, la religion, la cuisine, la justice ou encore l'immigration, une vingtaine de thèmes sont abordés comme autant de points de départ à des questions essentielles permettant de mieux comprendre le Québec qui était et qui est devenu.

À la base de ces fascinantes discussions historiques (qui se font un devoir d'être tout sauf élitistes) : une œuvre artistique importante ayant marqué son époque se transformant en joli prétexte et base de discussion. Tantôt un livre, tantôt un film, un sketch ou une chanson.

Télé-Québec
Kebec

En compagnie de Claude Meunier, on discute ainsi de la famille. À travers le poème Speak White, on parle de la langue avec le toujours pertinent Biz. On aborde l'éducation avec Marina Orsini, l'institutrice Des filles de Caleb, le transport à travers la chanson Mille après mille avec Patrick Normand, la mode de la ceinture fléchée avec le designer Philippe Dubuc et la santé en revenant sur le film La grande séduction avec Amir Khadir. Léane Labrèche-Dor, Marc Séguin, Marc Laurendeau, Sœur Angèle et Jean Lemire sont d'autres artistes invités à l'émission.

«Kebec, c'est l'histoire comme on ne nous l'a jamais racontée, explique Noémi Mercier. On entretient beaucoup de mythes sur nous-mêmes, retourner dans notre histoire permet d'apporter des nuances. Au fil du tournage, je suis moi-même passée par toute la gamme des émotions en découvrant de nouveaux éclairages sur des événements que je pensais bien connaître. Par exemple, c'est vrai que la religion a longtemps été omniprésente dans nos vies. Mais en même temps, on a toujours su garder une certaine liberté de penser.»

Truffée d'images d'archives revisitées, de reconstitutions historiques animées et d'informations géographiques, et menée par la passion toute simple, mais jamais simpliste, des historiens et des artistes rencontrés, la série porte un regarde nouveau et original sur l'histoire du Québec. Tout en s'assurant de démystifier son côté parfois trop sérieux.

Viennent se joindre à Noémi Mercier et à cette conversation historique et socioculturelle, des collaborateurs tels Anouk Bélanger, André Martineau, Jean-François Nadeau, Isabelle Picard, Geneviève Pronovost, Laurent Turcot et l'historienne en chef Myriam Wojcik. Une belle équipe au désir commun de susciter l'envie de la découverte - ou de la redécouverte – du Québec d'hier à aujourd'hui.

Télé-Québec

Quelques faits historiques inusités sur le thème de la famille

» Les Tremblay trônent au sommet du palmarès des familles québécoises. Viennent ensuite les Gagnon, Roy, Côté et Bouchard.

» Lors d'une union entre un homme et une femme autochtones, c'est l'homme qui venait s'installer dans la maison longue de la famille de la femme. De plus, toute la descendance prenait le nom de la mère.

» Les Filles du roi ont une importance fondamentale dans l'histoire du Québec. Entre 1663 et 1673, elles sont 800 à venir s'installer au Québec et à faire doubler sa population. Elles ont ainsi été essentielles à la survie de la colonie. Et il faut dire qu'elles étaient très attendues puisqu'il y avait alors six hommes pour une femme! On suggérait d'ailleurs fortement de se marier dans les 15 jours, sinon on menaçait de retirer les droits de pêche, de chasse et de commerce avec les autochtones.

» Qu'est-ce qu'un charivari? Un rassemblement de gens qui se retrouvaient sous la fenêtre d'un nouveau couple jugé inadéquat (pour différentes raisons) pour y chanter et danser toute la nuit. Jusqu'à ce que le nouveau mari en ait assez et leur lance un cadeau pour les faire taire.

» Contrairement à la croyance populaire, il n'y a que 1 à 2% des familles québécoises de souche qui possèdent du sang autochtone.

» En 1891, 8% de la main d'œuvre était composée d'enfants, qui travaillaient dans les usines ou sur les fermes.

Kebec sera diffusée les mardis à 19h30 dès le 8 janvier, sur les ondes de Télé-Québec. Les premiers épisodes sont déjà disponibles sur kebec.telequebec.tv