NOUVELLES
03/01/2019 10:34 EST | Actualisé 03/01/2019 10:34 EST

Hockey: Maxime Comtois reçoit des messages haineux après le revers du Canada au Mondial junior

Tout ça pour avoir raté un tir de pénalité en prolongation.

Maxime Comtois, comme tous ses coéquipiers, avait la mine bien basse après le but victorieux de la Finlande.
Rich Lam via Getty Images
Maxime Comtois, comme tous ses coéquipiers, avait la mine bien basse après le but victorieux de la Finlande.

La déception était vive dans tout le pays après la défaite crève-coeur du Canada, mercredi, en quarts de finale du Championnat du monde de hockey junior.

Le revers de 2-1 en prolongation face à la Finlande prive les Canadiens d'une place dans le carré d'as et, surtout, d'une chance de remporter une médaille.

Néanmoins, ce qui déçoit le plus au lendemain de cette élimination, c'est la réaction des internautes face au capitaine de l'équipe, le Québécois Maxime Comtois.

Ce dernier avait la chance de donner la victoire aux siens en prolongation. L'un de ses coéquipiers a été accroché en échappée si bien qu'Équipe Canada junior a obtenu un tir de pénalité. En vertu d'un nouveau règlement, l'entraîneur-chef peut désigner n'importe quel joueur pour s'exécuter.

Le choix s'est donc arrêté sur Comtois, l'un des meilleurs joueurs du clan canadien depuis le début du tournoi. Le tir du porte-couleurs des Voltigeurs de Drummondville dans la LHJMQ a toutefois été stoppé par le gardien finlandais.

Quelques minutes plus tard, la Finlande marquait le but victorieux mettant ainsi fin aux espoirs du Canada de décrocher la médaille d'or à la maison puisque le tournoi se déroule à Vancouver.

Comtois est devenu en un temps record le bouc émissaire sur les médias sociaux. La section commentaire de l'une de ses publications sur son compte Instagram s'est remplie de messages haineux à une vitesse fulgurante, comme vous pouvez le voir dans les tweets ci-dessous.

Plusieurs internautes ont pris la défense de Comtois en rappelant qu'il s'agissait d'un match de hockey et que le jeune homme n'était âgé que de 19 ans.

L'espoir des Ducks d'Anaheim a même dû être escorté par des gardes de sécurité après la rencontre au cas où un hurluberlu aurait voulu s'en prendre à lui.

Cela rappelle la situation vécue par la patineuse de vitesse québécoise Kim Boutin lors des Jeux olympiques de Pyeongchang en février 2018.

Elle avait été la cible de propos injurieux et de menaces de mort sur les réseaux sociaux à la suite de sa troisième place acquise au 500 m du patinage de vitesse courte piste.

Boutin avait franchi la ligne d'arrivée en quatrième place, mais avait atteint la troisième marche du podium. La Sud-Coréenne Minjeong Choi, qui avait terminé deuxième, avait été disqualifiée pour un accrochage avec la Québécoise, ce qui avait provoqué la colère des Sud-Coréens.