NOUVELLES
02/01/2019 13:00 EST | Actualisé 02/01/2019 13:02 EST

La galerie des Offices réclame un tableau de maître volé par les nazis

Le directeur de l'établissement indique qu'il est dans une famille allemande qui refuse de le restituer.

galerie des Offices de Florence via AP

MILAN — Le directeur de la galerie des Offices de Florence presse l'Allemagne de restituer un chef-d'œuvre néerlandais du 18e siècle volé par les troupes nazies pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le célèbre musée florentin illustre la cruelle absence de ce tableau en accrochant une photo en noir et blanc de l'oeuvre, entourée d'étiquettes où on peut lire «Volée», en lettres rouges et en trois langues, dont bien sûr l'allemand.

Eike Schmidt a déclaré mardi, dans un «appel du Nouvel An», que la nature morte «Vase de fleurs», de l'artiste hollandais Jan van Huysum (1682-1749), était entre les mains d'une famille allemande qui ne l'a toujours pas restituée malgré de nombreuses requêtes. Au lieu de cela, les intermédiaires de la famille ont exigé de l'argent pour son retour en Italie.

Le tableau est déjà la propriété inaliénable de l'État italien et ne peut donc pas être «racheté».Eike Schmidt

L'huile sur toile a été exposée à compter de 1824 au sein de la collection du palais Pitti, à Florence, jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été déplacée pour des raisons de sécurité pendant la guerre, mais a été volée au moment du retrait des troupes allemandes. Elle n'a pas refait surface jusqu'à la réunification de l'Allemagne en 1991, lorsque les offres de «revente» à l'Italie ont commencé.

«Cette histoire empêche les blessures infligées par la Seconde Guerre mondiale et les horreurs du nazisme de se cicatriser», a estimé M. Schmidt, lui-même un Allemand. «L'Allemagne ne devrait pas appliquer le délai de prescription aux œuvres d'art volées pendant la guerre et devrait prendre des mesures pour que ces œuvres soient restituées à leurs propriétaires légitimes.»

Il en a appelé au «devoir moral» de l'Allemagne de restituer l'œuvre. «Je suis convaincu que le gouvernement allemand le fera à la première occasion, naturellement avec toutes les autres œuvres d'art spoliées par la Wehrmacht nazie.»