DIVERTISSEMENT
18/12/2018 22:10 EST | Actualisé 18/12/2018 22:10 EST

«Une autre histoire»: le grand retour de Marina Orsini la comédienne

«Je ne savais pas que mes deux émissions ne reviendraient pas. Comme quoi le destin fait bien les choses...»

Radio-Canada

Il y avait déjà cinq ans que nous avions vu Marina Orsini au petit écran, dans les téléromans 30 vies et Lance et compte. Cinq ans bien remplis pour la comédienne devenue l'une des animatrices chouchoutes du Québec. Avec Une autre histoire, la nouvelle série imaginée par Chantal Cadieux, Marina Orsini affirme avoir renoué avec le bonheur de jouer, tout en voyant maintenant ce retour comme un heureux signe du destin.

Anémone : un cadeau du destin

«Le destin me dit que tout cela n'est pas arrivé pour rien, lance Marina Orsini, faisant référence à la récente et triste annonce de la fin de ses émissions Marina et Deuxième chance. Je pourrais dire que c'est vraiment le destin qui a frappé, car je ne savais pas que mes deux émissions ne reviendraient pas. Une autre histoire est arrivée entretemps, comme quoi le destin fait bien les choses. C'est un beau cadeau!»

Ce cadeau, c'est la nouvelle série Une autre histoire dans laquelle l'actrice incarne Anémone, une femme au lourd passé, jusqu'ici gardé secret, qui sera déterré suite à un diagnostic d'Alzheimer précoce. Une histoire de famille(s) - la présente et celle laissée dernière - remplie de mystère qui intrigue dès les premiers épisodes.

«La série commence fort avec le diagnostic de la maladie d'Alzheimer, explique Marina Orsini. Ça se met rapidement à débouler : le passé, le présent, le futur. C'est ce qu'on va suivre en fait, l'histoire d'Anémone qui a essayé d'oublier un passé et qui a assez bien réussi, mais qui par la force de la maladie est confrontée à celui-ci et se sent possiblement obligée d'y retourner et d'y replonger. Voilà le noyau de départ d'Une autre histoire

Un passé rempli de violence, une première famille dysfonctionnelle, des enfants laissés derrière devenus grands, une maladie évolutive et possiblement héréditaire, une nouvelle famille ayant elle aussi ses défis à surmonter, un travail hors de l'ordinaire (Anémone est thanatologue), un nouveau collègue de travail fort mystérieux : Chantal Cadieux (Providence, Mémoires vives) n'a pas lésiné sur les possibles courbes dramatiques de cet univers où se plante ce personnage aux multiples secrets.

Radio-Canada
Une autre histoire

«Il y a beaucoup de mystère autour de cette femme qui s'est refait, qui s'est rebâti une vie, qui a tenté de mettre la première de côté par la force des choses et que l'on va découvrir au fur et à mesure de la série, ajoute la comédienne. Une femme pour qui, je pense, les gens vont avoir beaucoup de compassion et voudront accompagner dans sa détresse et dans cette croisée des chemins à laquelle elle fait face. Je crois que les gens vont être bouleversés pour Anémone et vont ne lui souhaiter que le meilleur, tout en étant tenus en haleine avec tous les non-dits, tous les secrets et le dénouement de cette histoire qui possède, en fait, plusieurs tentacules.»

«Déjà, dans la première saison, on va voir une Anémone qui panique par moment et qui est atteinte de paranoïa du fait de perdre la mémoire. Il y a aura toujours cela en parallèle de l'histoire.»

Évoluer au fil de la maladie

Rencontres, lectures, épluchage du scénario : la préparation de l'actrice pour incarner le personnage d'Anémone s'est d'abord faite à travers le texte lui-même.

«Au départ, tout est dans le scénario. Tout est écrit, il suffit de suivre l'autrice, dans ce cas-ci Chantal Cadieux. Elle nous donne tout ce qu'on doit savoir comme informations pour comprendre le personnage. J'ai aussi eu la chance de rencontrer une femme de 48 ans atteinte d'Alzheimer depuis trois ans maintenant. J'ai rencontré son mari, son médecin... C'a été enrichissant, troublant et bouleversant comme rencontre. Et comme il n'y a pas deux Alzheimer qui se ressemblent, ce n'est pas comme s'il fallait suivre une seule façon de faire.»

«Il y a encore beaucoup d'inconnu et de mystère dans cette maladie qui peut se situer dans plusieurs parties du cerveau et qui affecte selon la partie touchée : le corps, les capacités motrices, la mémoire, le langage, la dextérité... Anémone est atteinte d'Alzheimer précoce, c'est ce que l'on sait pour le moment. Tranquillement, le spectateur en apprendra plus, tout comme Anémone en apprendra plus sur sa propre maladie au fil des 23 épisodes.»

Pour l'éternelle Émilie Bordeleau, le plus grand défi venant avec le personnage d'Anémone était de prendre les bonnes décisions lors de chaque scène (souvent tournée dans le désordre) en considérant l'évolution de la maladie.

Radio-Canada
Une autre histoire

«Les premiers épisodes présentent l'annonce de la maladie, donc on est moins dans le physique de ce qui se passe. Mais il reste qu'à partir du moment où Anémone reçoit ce diagnostic, c'est toute sa vie qui en est teintée. Il fallait en tenir compte lors de chaque scène et savoir quelle couleur, quelle intensité ou quelle dose donner selon l'étape où elle est rendue dans la maladie. Il était là, le défi.»

Portée par la joie des retrouvailles avec Chantal Cadieux, la productrice Sophie Pellerin, la réalisatrice Brigitte Couture (avec qui elle avait travaillé sur 30 vies) et une équipe avec qui la comédienne avait déjà travaillé, Marina Orsini a accepté de plonger dans cette aventure qui allait devenir «quelque chose d'exceptionnel».

«Cela ne me manquait pas du tout de jouer des personnages; l'actrice ne s'ennuyait pas du tout, car j'étais trop occupée et passionnée ailleurs, avoue-t-elle cependant en toute franchise. Par contre, quand j'ai commencé le tournage d'Une autre histoire, je me suis rapidement rendu compte que j'étais tout aussi passionnée qu'avant, que j'aimais autant cela qu'avant et que, finalement, je m'étais ennuyé de tourner. Je me suis rendu compte de ce qui me manquait : me retrouver sur un plateau avec d'autres comédiens, me faire diriger par un réalisateur, le plaisir d'apprendre des textes... C'est un autre monde.»

En attendant des nouvelles de la fort probable deuxième saison d'Une autre histoire, Marina Orsini entrevoit une pause d'environ trois mois pour se ressourcer.

«L'idée, pour l'instant, est de profiter de cette pause pour m'occuper de moi et prendre du temps pour moi, chose qui ne m'est pas arrivée depuis longtemps. Ça a été une grosse fin d'année avec beaucoup d'émotions positives, et de bouleversements aussi. Dans le contexte, en ce moment, je dirais que c'est bienvenu de digérer, de décanter tout cela et de passer à autre chose.»

Une autre histoire sera diffusée à compter du lundi 7 janvier à 20h, sur les ondes d'ICI Télé.